Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sierra Leone : l’homme qui a découvert le diamant de la paix ne touchera que 40% de sa vente
Sierra Leone Diamant de la paix

Le pasteur Emmanuel Momoh a récemment découvert un diamant de 709 carats dans un village sierra-léonais situé dans le district de Kono. Néanmoins, la propriété de la pierre lui a très vite été contestée par l’Etat et l’Agence nationale pour les ressources minérales (NMA). En cause : un défaut de licence d’exploitation minière

Cette subtilité juridique fait sans aucune doute les affaires des autorités locales puisque “le diamant de la paix”, comme on le nomme, a été vendu 6,5 millions de dollars à New York durant le mois de décembre. Dans cette affaire, l’Etat touche 60% du fruit de la transaction. Quant au pasteur, ce dernier se console avec les 40% restants.

Néanmoins, il est légitime de se demander si E. Momoh n’a pas été floué. Et pour cause, l’intéressé avait entrepris les démarches pour obtenir une licence d’exploitation minière lorsqu’il a découvert ce véritable trésor.

Une réglementation à deux vitesses

Cependant, la NMA a appliqué une application très stricte de la législation et a retenu “un vice de forme” en faveur de l’Etat. Une version confirmée par le directeur général de la structure, Sahr Wonday :

“Le processus (administratif) était en cours quand son équipe a découvert la pierre. Techniquement, il ne possédait pas le diamant (à ce moment-là). Le diamant appartient donc au gouvernement de la Sierra Leone.”

Pour rappel, l’activité minière reste très peu contrôlée sur le territoire puisque 99% des mineurs artisanaux opèrent sans permis.

Source : Le Journal du Cameroun

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...