Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sénégal : le maire de Dakar inculpé de « détournement de fonds publics »

La justice sénégalaise a ordonné le jeudi 7 décembre, le renvoi devant un tribunal correctionnel pour « détournement de fonds publics » du député et maire de Dakar, Khalifa Sall, et de quatre de ses collaborateurs.

C’est l’un des avocats de Khalifa Sall qui a délivré l’information alors que cet opposant au président, Macky Sall est détention provisoire depuis le 7 mars. Le début du procès a été fixé au jeudi 14 décembre.

« Il y a bien une ordonnance de renvoi » prise par le doyen des juges d’instruction, Samba Sall, « même si elle ne nous a pas encore été officiellement notifiée », a déclaré Me Demba Ciré Bathily à l’Agence France-Presse, confirmant une information de la presse sénégalaise. Khalifa Sall et quatre de ses collaborateurs devront répondre de dépenses « non justifiées » de plus de 2,7 millions d’euros, prélevés pendant plusieurs années au sein des caisses de la mairie comme l’indique la justice. Le maire de Dakar, en détention provisoire, nie en bloc ces accusations. L’Assemblée nationale a levé son immunité le 25 novembre, ouvrant la voie à un procès à celui qui tout en étant incarcéré avait été élu député lors des législatives le 30 juillet .

A ce jour, Khalifa Sall demeure en détention alors que toutes les démarches entreprises  par ses avocats sa remise en liberté, ont échoué. Cette semaine le doyen des juges d’instruction a refusé le dépôt d’une caution, qui aurait ainsi permis au maire de Dakar de comparaître  libre à son procès. Me Bathily a précisé que les avocats du maire avaient fait appel de la décision du juge d’instruction : « Nous sommes à la limite de la forfaiture, car [le magistrat] a refusé l’audition de témoins et la réalisation d’expertises » En effet les avocats de Khalifa Sall souhaitent que ses prédécesseurs à la mairie de Dakar soient entendus et que la manière dont les fonds de la « caisse d’avance » ont été gérés depuis 2003, soit examinée par des experts.

La décision de renvoi « confirme le caractère politique du dossier » a dénoncé Me Bathily mentionnant une « violation délibérée de la loi » par le magistrat instructeur. Dakar Khalifa Sall est considéré comme l’un des principaux concurrents de Macky Sall pour la présidentielle de 2019. Ses partisans considèrent que son statut de dissident du Parti socialiste,  une formation membre de la coalition au pouvoir  est la raison principale qui place le maire du Dakar sous les feux de la justice.

Source : Le Monde Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...