Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana : 750 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie de “pousse de cacao gonflée”

Afin de remplacer 400 000 hectares de cacaoyers atteint par l’épidémie de « pousse de cacao gonflée » le Ghana s’apprête à lever 750 millions de dollars.

Le Ghana afin de mieux lutter contre l’épidémie qui atteint ses champs de cacaoyers, a pris des mesures qui devraient endiguer le phénomène et relancer l’économie du cacao. Le tour de table qui doit permettre de lever les fonds auprès des banques locales et internationales devrait porter ses fruits au début de l’année 2018.

Il s’agit de remplacer les arbres atteints soit par l’âge, soit par la maladie. Le Ghana Cocoa Bord (régulateur du marché) s’apprête à lever 750 millions de dollars de prêts pour financer le remplacement de plus de 50% des arbres qui produisent la récolte du pays. Le Ghana Cocoa Bord estime nécessaire de couper plus de 400.000 hectares d’arbres au cours des 5 à 8 ans à venir. Selon le Ghana Cocoa Bord, c’est près du cinquième des cacaoyers du Ghana aui est touché par le virus de la pousse de cacao gonflée (CCSV). Cette maladie affecte les rendements du cacaoyer et accélère la mortalité de la plante à 3 ou 4 ans. Le reste des arbres des arbres est remplacé en raison de leur vieillesse et donc de leur perte de productivité.

Même si les indicateurs de production sont au beau fixe, le régulateur souhaite ne pas sous-estimer l’évolution de l’épidémie de CCSV. « La propagation de la maladie est assez alarmante, même les fermes les plus jeunes ont été touchés » a déclaré Joseph Boahen Aidoo, directeur général de la Ghana Cocoa Bord à la presse ghanéenne. Cependant pour demeurer optimiste, le régulateur précise que cette opération devrait également permettre d’améliorer les rendements et les revenus des milliers de petits agriculteurs qui constituent la majeure partie de la production du deuxième exportateur mondial du cacao.

Ce nouvel apport financier vient s’ajouter aux 600 millions de dollars que la Banque africaine de développement doit débloquer pour le développement de la filière : construction d’entrepôts et autres mesures visant à améliorer les conditions de stockage et de distribution afin réduire la déperdition de récolte.

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors de la 113e session ordinaire réunie à Cotonou au Bénin, le Conseil d'administration de la Banque ouest-africaine de développement a donné son aval au sujet du financement de 11 projets de développement à destination de 6 pays de la zone UEMOA.  Le montant global des sommes engagées pour 11 projets...
La future monnaie commune aux 16 pays de l'espace CEDEAO porterait le nom de Eco et serait lancée en 2020. Adama Koné le ministre ivoirien de l'Economie et des Finances, l’ annoncé lors de la réunion ministérielle de l'institution sous-régionale, tenue lundi et mardi à Abidjan : « A l'issue des...
Après la victoire difficile hier du Maroc sur la Namibie (1-0), les Éléphants entrent en piste aujourd'hui contre l'Afrique du Sud dans le groupe D de la CAN 2019. Ces derniers ne manquent pas d'ambition et comptent reprendre le trône africain, obtenu de haute volet en 2015. "Alors que la...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter