Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigéria : investissements en hausse dans l’industrie minière

Abuja tout à sa logique de diversification économique, ambitionne de développer l’industrie minière.

 Conscient de la richesse de ses ressources et de la nécessité de réduire la dépendance au pétrole, le Nigéria développe une stratégie de diversification économique, qui notamment touche le secteur minier. Un budget de 42 millions de dollars va être débloqué afin d’établir une cartographie minière. Il s’agit de renforcer les efforts de prospection, et d’attirer les investisseurs pour l’exploitation des ressources.

Jusqu’à maintenant la politique minière du Nigéria, s’apparentait à une logique artisanale bien plus qu’à un secteur industriel. L’objectif pour le gouvernement est de créer un portefeuille d’activités d’exploration susceptible d’attirer l’attention des investisseurs, en leur offrant la possibilité d’entamer directement les opérations de forage. Les minerais privilégiés sont nombreux et il s’agit de soutenir les investissements dans l’or, le bitume, le fer, la barytine, le calcaire, le plomb ou encore le zinc. Le montant des investissements dans l’industrie minière est estimé à 166 millions de dollars. L’identification de ressources autres que les hydrocarbures est le hub du plan de relance économique et de croissance adopté par le Nigéria. Les perspectives du gouvernement fédéral sont ambitieuses : faire passer la contribution des minéraux solides au PIB de 1% à 8% d’ici 2020. Afin de générer de l’attractivité sur le secteur minier nigérien, une politique incitative prévoit des exonérations fiscales allant jusqu’à cinq ans pour les entreprises souhaitant s’implanter au Nigéria. Cette réglementation incitative comporte également un régime d’importation en franchise de droits sur le matériel minier et la mise en place de licences minières d’une durée de 25 ans.

Le ministère du Développement des minéraux solides doit également mobiliser 600 millions de dollars afin de développer les infrastructures et la logistique. Il s’agit de d’identifier et de collecter le maximum de données sur les minéraux exploitables. Le Nigéria ambitionne de se placer à moyen terme dans le groupe de tête des pays les plus actifs sur le secteur minier. Et le Nigéria a de quoi revendiquer une telle position : Abuja revendique ainsi 44 minéraux présents dans ses sous-sols, pouvant être extraits en quantités commerciales.

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter