Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigéria : investissements en hausse dans l’industrie minière

Abuja tout à sa logique de diversification économique, ambitionne de développer l’industrie minière.

 Conscient de la richesse de ses ressources et de la nécessité de réduire la dépendance au pétrole, le Nigéria développe une stratégie de diversification économique, qui notamment touche le secteur minier. Un budget de 42 millions de dollars va être débloqué afin d’établir une cartographie minière. Il s’agit de renforcer les efforts de prospection, et d’attirer les investisseurs pour l’exploitation des ressources.

Jusqu’à maintenant la politique minière du Nigéria, s’apparentait à une logique artisanale bien plus qu’à un secteur industriel. L’objectif pour le gouvernement est de créer un portefeuille d’activités d’exploration susceptible d’attirer l’attention des investisseurs, en leur offrant la possibilité d’entamer directement les opérations de forage. Les minerais privilégiés sont nombreux et il s’agit de soutenir les investissements dans l’or, le bitume, le fer, la barytine, le calcaire, le plomb ou encore le zinc. Le montant des investissements dans l’industrie minière est estimé à 166 millions de dollars. L’identification de ressources autres que les hydrocarbures est le hub du plan de relance économique et de croissance adopté par le Nigéria. Les perspectives du gouvernement fédéral sont ambitieuses : faire passer la contribution des minéraux solides au PIB de 1% à 8% d’ici 2020. Afin de générer de l’attractivité sur le secteur minier nigérien, une politique incitative prévoit des exonérations fiscales allant jusqu’à cinq ans pour les entreprises souhaitant s’implanter au Nigéria. Cette réglementation incitative comporte également un régime d’importation en franchise de droits sur le matériel minier et la mise en place de licences minières d’une durée de 25 ans.

Le ministère du Développement des minéraux solides doit également mobiliser 600 millions de dollars afin de développer les infrastructures et la logistique. Il s’agit de d’identifier et de collecter le maximum de données sur les minéraux exploitables. Le Nigéria ambitionne de se placer à moyen terme dans le groupe de tête des pays les plus actifs sur le secteur minier. Et le Nigéria a de quoi revendiquer une telle position : Abuja revendique ainsi 44 minéraux présents dans ses sous-sols, pouvant être extraits en quantités commerciales.

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Dans un message vidéo diffusé sur Internet, samedi 19 septembre 2020, le président du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), Charles Blé Goudé, s’est exprimé sur la situation politique en Côte d’ivoire.  L’ex-Codétenu de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale, qui demande au président...
L'Archevêché de Conakry est monté au créneau pour dénoncer une expropriation des biens de l'Eglise par les habitants du village de Kendoumayah situé au sein de la préfecture de Coyah. Selon La Croix, les villageois ont barricadé, dimanche 20 septembre, l’entrée et la sortie de Kendoumayah pour procéder au lotissement d’un...
Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter