Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : l’ONU tire le signal d’alarme sur la situation au Nord
Rapport ONU Nord Mali

Le dernier rapport de l’ONU portant sur la situation au nord-Mali n’incite clairement pas à l’optimisme. Le Secrétaire Général de l’institution, Antonio Guterres, a en effet confirmé que la problématique sécuritaire et humanitaire s’était nettement détériorée dans la région. Et cela, depuis un an.

“Presque aucun progrès n’a été fait dans l’application de l’accord de paix au cours de l’année écoulée”, a-t-il martelé.

Selon l’intéressé, la mise en place du DDR (le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion) prendrait beaucoup plus de temps que prévu : 

“Il est urgent que les groupes armés participent activement à la mise en place de l’accord en proposant leurs listes définitives de candidats pour que le processus de DDR se lance une fois pour toutes. Faute de quoi, la stabilisation et la consolidation de la paix dans le nord du Mali resteront hors de portée.”

Et le temps, le pays en manque cruellement, confirme parallèlement RFI : 

“La commission nationale du DDR a prévu d’entamer le processus le 15 octobre, avec d’abord les membres des mécanismes opérationnels de coordination, puis les déserteurs de l’armée en 2012, les membres de groupes armés signataires de l’accord et enfin les groupes armés civils. Huit zones de cantonnement construites par la Minusma sont en train d’être finalisées.”

L’opération pourrait donc capoter, renchérit Guterres : 

“L’instabilité sécuritaire et l’absence de critères d’intégration clairement définis, comme la question de l’harmonisation des grades, sont autant de freins au démarrage du processus. Mais ce n’est pas tout, les groupes réclament aussi des quotas dans toutes les institutions sécuritaires et pas seulement les forces armées, comme c’était prévu initialement. Or cette demande n’a pas encore été examinée par le gouvernement. Autant d’éléments qui rendent plus qu’incertain un début de processus d’ici 10 jours.”

Source : RFI

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...