Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : les inondations causent la mort de 54 personnes et font 200 000 sinistrés

Les pluies torrentielles qui s’abattent sur le Niger depuis juin sans discontinuer, ont fait 54 morts selon le dernier bilan.

 Les violentes pluies que ce pays désertique connait depuis 3 mois ont provoqué des inondations sans précédent. Selon le Bureau des affaires humanitaires de l’Organisation des Nations Unis (ONU) les intempéries ont provoqué des décès et affecté plus de 195 000 personnes dans 26 617 foyers nigériens. 11.311 maisons ont été détruites, 16.048 têtes de bétail ont péri et 12.505 hectares de cultures ont été submergés par les eaux.

Le bilan de l’ONU indique que les zones géographiques principalement touchées sont la capitale Niamey, les régions de Dosso (sud), Tillabéri (ouest), Maradi et Zinder (centre-sud). Dés septembre, l’Autorité du bassin du fleuve Niger (ABN, neuf Etats) qui craignait des inondations plus sévères que celles de 2012, avait alerté sur la montée des eaux particulièrement marquée. En effet la crue est favorisée par les pluies qui s’abattent depuis juin sur le Mali et le Niger. Le comportement du fleuve Niger fait ainsi l’objet d’une surveillance de tous les instants.

Cependant la situation se stabilise. L’ABN a annoncé jeudi qu’elle pourrait « rétrograder » l’alerte orange en alerte jaune dans la capitale, en raison d’une « tendance à la baisse des eaux ». Cette lente et timide décrue n’empêche pas les autorités à demeurer vigilant et à appeler des milliers de riverains et d’insulaires à ” redoubler de vigilance” et à évacuer les zones menacées”. Des sites ont été spécifiquement aménagés afin de reloger momentanément des habitants riverains, notamment du fleuve Niger qui auraient à quitter leur foyer pour se prémunir des inondations. Le Niger est un pays pauvre de 17 millions de personnes et aux trois quarts désertique, qui subit encore une fois les aléas climatiques alors même que ce pays est déjà régulièrement confronté à des crises de nature alimentaire en raison de la sécheresse.

Source : Jeune Afrique 

 

 

AUTEUR: Awa Siaka
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pour faire face à une demande croissante en électricité du pays et palier les coupures régulières liées aux insuffisances des réseaux électriques existants, la Côte d’Ivoire initie un projet de développement et de réhabilitation du réseau électrique de Côte d’Ivoire (PRODERCI) d’un coût de 822 millions de dollars. Le projet...
Les startup africaines lèvent 168 millions d'euros au premier trimestre 2018, signe de bonne santé de l’écosystème de l’innovation. Les fondations et les bailleurs de fonds sont les principaux contributeurs aux levées de fonds des jeunes pousses. Le monde des startups a le vent en poupe. Ainsi selon l'organisation WeeTracker...
Le ministère de la culture, des arts et du tourisme du Burkina annonce la deuxième édition de l'«appel à projets culturels et touristiques». Le fonds global dotera des projets des acteurs culturels et touristiques burkinabés La seconde édition de l'«appel à projets culturels et touristiques» est lancée sous la houlette...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter