Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Togo : multiplication des manifestations anti-gouvernementales

La population togolaise est descendue dans la rue dimanche matin, le lendemain de la journée d’émeutes qui a fait 7 morts lors d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.

Le19 août, des manifestations antigouvernementales ont eu lieu sur tout le territoire togolais. Organisées par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam pour réclamer le retour à la constitution de 1992 qui consacre un mandat renouvelable une seule fois à la présidence et le droit de vote de la diaspora, les manifestations ont donné lieu à des affrontements violents qui se sont poursuivies toute la journée du 19 août ainsi que le dimanche matin.

Des affrontements violents ont opposés les forces de l’ordre togolaises et la population. Le directeur national de la Police, Téko Koudouwovo, s’est exprimé au journal de 20 heures sur la chaîne de télévision publique : « A Lomé il y a eu quelques blessés du côté des forces de l’ordre. 27 personnes ont été interpellées et mises à la disposition des unités de police judiciaire. A Anié (environ 250km de la capitale Lomé vers le nord), il y a eu 5 blessés du côté des forces de l’ordre. 9 meneurs ont été interpellés et mis à la disposition des unités de police judiciaire… A Sokodé, il y a eu 27 blessés du côté des forces de sécurité, 9 militaires, 6 policiers et 12 gendarmes, et 2 morts du côté des civils dont 1 par balles… ».

Il est à déplorer également de nombreux dégâts matériels dans tout le pays. Des bureaux de police ont été incendiés ainsi que des véhicules des forces de l’ordre. L’opposition, ayant organisé les manifestations dénoncent les violences tout en récusant les propos gouvernementaux. Selon des sources de l’opposition, le nombre de morts s’élève à 7 et non 2 comme annoncé officiellement. « C’est l’occasion de nous prosterner devant la mémoire de ces morts, c’est aussi l’occasion de présenter nos condoléances aux familles des victimes », a indiqué le leader du PNP, Tikpi Atchadam.

Les manifestations ont été programmées de manières simultanées et synchronisées sur toute l’étendue du territoire togolais, et Tikpi Atchadam avait également appelé la diaspora à se mobiliser. On a donc vu des citoyens togolais manifester devant les ambassades de leur pays, en Allemagne, en Belgique et au Ghana. Un communiqué de la société civile diasporique présente en Suisse, au Canada et aux Etats-Unis, a été diffusé précisant que « la Coordination des mouvements et associations de la diaspora réitère tout son soutien à tous les compatriotes épris de justice et de paix et tient à rappeler aux autorités togolaises que la liberté de manifestation a été chèrement acquise de hautes luttes par le peuple togolais ». Tikpi Atchadam se montre déterminé et appelle la population à ne pas faiblir. « Aujourd’hui, il revient au peuple togolais, dans son ensemble et comme un seul homme, de se lever demain dimanche 20 août 2017 » a exhorté le leader du PNP. Il ajoute aux revendications initiales que sont retour à la constitution de 1992 et de l’effectivité du droit de vote de la diaspora ; la libération sans condition des personnes arrêtées, la mise aux arrêts des auteurs des violences meurtrières. Il exige également que la liberté de manifestation soit respectée.

L’appel de Tikpi Atchadam a semble t-il été écouté puisque dés dimanche matin la population sortait manifester dans les rues de Sokodé. La police en appelle au calme et à la raison : « nous voulons appeler les organisateurs de cette marche à la retenue et à surseoir à cette marche parce que la paix n’a pas de prix. Entre Togolais, il faut que les problèmes se règlent de façon pacifique par la voix de Téko Koudouwovo. Pour sa part le chef de l’État Faure Gnassingbé en déplacement en Sierra Leone ne s’est pas exprimé.

Source : La tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...