Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : succès du référendum portant sur le remplacement du Sénat par des Conseils régionaux élus
Référendum Mauritanie Drapeau Sénat

Les électeurs mauritaniens (1,4 million) étaient appelés à confirmer ou infirmer le remplacement du Sénat par des Conseils régionaux élus lors du référendum du samedi 5 août. Si l’opposition s’est battue bec et ongle pour que le “Non” l’emporte, c’est le “Oui” qui s’est imposé très largement. Et cela, avec 85% des suffrages.

Selon France 24, le vote concernait également “une modification du drapeau national, auquel seraient ajoutées deux bandes rouges valorisant le sacrifice des martyrs de la résistance lors de la colonisation française qui s’est achevée en 1960.”

Le président conforté dans ses choix

Le taux de participation s’est quant à lui révélé assez faible (53,73%).. mais sans appel puisque 85% des votants ont validé les changements proposés par le gouvernement de Mohamed Ould Abdel Aziz, pourtant décrié.

Le dirigeant, en place depuis neuf ans suite à un coup d’Etat, a récemment laissé entendre que ces modifications constitutionnelles ne seraient pas les dernières.

Source : France 24

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...