Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : Yves Brahima Koné prend la direction Conseil du café-cacao

Massandjé Touré-Litsé, critiquée pour sa gestion de la crise quitte la direction de la filière cacao et sera remplacée par Yves Brahima Koné.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien Bruno Koné annoncé que cette décision de confier la direction du Conseil du café-cacao ( CCC) est motivée par la volonté des dirigeants de donner un nouveau souffle à l’organisation. Aussi Massandjé Touré-Litse cède sa place de directrice générale du Conseil du café-cacao (CCC) à Yves Brahima Koné, anciennement vice-président de l’ancien comité de gestion de la filière café-cacao (CGFCCC).

«Le secteur a connu des difficultés. Toutes ces difficultés n’ont pas été adressées de la meilleure façon par les dirigeants … Le gouvernement voulait insuffler une nouvelle dynamique dans ce secteur très important qui représente 40% de l’économie ivoirienne», a déclaré Bruno Koné. Le porte-parole confirme ainsi la position du gouvernement concernant la manière de gérer la crise de Massandjé Touré-Litse, qui selon toute vraisemblance n’a pas su convaincre le gouvernement.

Le secteur du cacao subit une crise des prix sur le plan mondial depuis la fin d’année 2016 et les producteurs locaux ne parviennent plus à écouler leurs récoltes. Le Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAP-CI) dénonce le non-respect des prix minimums d’achat fixés par le gouvernement. Et en avril 2017 l’avocat du SYNAP-CI, Me Mamadou Lamine Diarrassouba, avait contesté la gestion du CCC , et donc de Massandjé Touré-Litse pour «ses dérives et l’opacité de sa gestion». Les producteurs indexaient la gestion du fonds de réserves techniques mis sur pied pour gérer la chute des cours et qui s’élevait à 170 milliards de francs CFA en 2016 que le CCC n’avait pas débloqués au moment où la crise battait son plein. Le gouvernement était contraint de prendre une telle décision après avoir reçu le rapport d’étude du cabinet KPMG. L’audit de la filière faisait état dans sa première partie transmise au président Alassane Ouattara, des dettes d’opérateurs pour des contrats non exécutés évalués à 65 milliards de francs CFA.

Yves Brahima Koné, le nouveau directeur général a été l’adjoint de Massandje Touré-Litsé au Comité de gestion de la filière café-cacao (CGFCCC). Il fut élu député et président de la commission économie et finance du Parlement pendant la législature 2011- 2016. Son retour dans la filière cacao signifie un nouveau départ , une nouvelle dynamique et un nouveau leadership, afin de restaurer compétitivité et confiance au sien de la filière et ce, au moins sur le marché ivoirien.

Source : La Tribune Afrique

Un texte sera présenté sous peu au Parlement afin d’abolir la peine de mort. La peine capitale était à ce jour, maintenue dans l’arsenal juridique malgré un moratoire de fait sur les exécutions, a déclaré Umaru Napoleon Koroma le vice-ministre de la justice. En Sierra Leone, la Constitution de 1991...
Alors que le continent Africain se comporte mieux que l’Europe, l’Asie, et l’Amérique avec moins de 5 millions de cas déclarés, les campagnes de vaccination sont délaissées par les populations qui montre un certain scepticisme. L’Afrique s’apprête à rendre ses doses de vaccins alors même que la pénurie en la matière...
Alassane Ouattara a fait savoir au FMI le 10 mai, qu’une plus grande représentativité des pays africains au sein de l’institution est souhaitable. Lundi 10 mai, le chef de l’État ivoirien a appelé de ses vœux que les pays africains soient mieux représentés au FMI, rappelant que « quarante-six pays d’Afrique...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...