Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : la dépénalisation de l’adultère au centre du débat législatif
Adultère Bénin Justice dépénalisation

Alors que le Conseil Constitutionnel béninois avait tranché en 2009 sur la disparité des peines hommes/femmes liées à l’adultère, et cela, au nom du principe d’égalité devant la loi, il avait néanmoins laissé un vide juridique fâcheux sur l’application de la sanction elle-même.

Il y a 8 ans, le Bénin s’était ému de la différence de traitement hommes/femmes appliquée par les autorité en matière d’adultère. Aujourd’hui, c’est la problématique même de l’adultère qui anime les débats.

En effet, si l’on se réfère à la décision du Conseil datant du 30 juillet 2009, un manque de précision certain subsiste toujours quant au maintien ou pas d’une telle sentence.

Le gouvernement, par la voix du Garde des Sceaux, a donc suggéré au législateur de corriger le tir et de supprimer purement et simplement le délit/crime (c’est selon) du code pénal.

Mais depuis les voix s’élèvent contre cette prise de position étatique. C’est le cas du président de l’Union Nationale des Magistrats (UNAMAB), Michel Adjaka :

“Notre sociologie n’est pas prête à démocratiser la sexualité”, a-t-il clamé haut et fort auprès de nos confrère de Benin Web TV.

Pourtant, le pays est officiellement laïc. Les considérations religieuses ont-elles donc leur place au sein des débats ? C’est à l’organe judiciaire d’en apporter la réponse.

Source : Benin Web TV

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Dans un message vidéo diffusé sur Internet, samedi 19 septembre 2020, le président du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), Charles Blé Goudé, s’est exprimé sur la situation politique en Côte d’ivoire.  L’ex-Codétenu de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale, qui demande au président...
L'Archevêché de Conakry est monté au créneau pour dénoncer une expropriation des biens de l'Eglise par les habitants du village de Kendoumayah situé au sein de la préfecture de Coyah. Selon La Croix, les villageois ont barricadé, dimanche 20 septembre, l’entrée et la sortie de Kendoumayah pour procéder au lotissement d’un...
Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter