Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : la dépénalisation de l’adultère au centre du débat législatif
Adultère Bénin Justice dépénalisation

Alors que le Conseil Constitutionnel béninois avait tranché en 2009 sur la disparité des peines hommes/femmes liées à l’adultère, et cela, au nom du principe d’égalité devant la loi, il avait néanmoins laissé un vide juridique fâcheux sur l’application de la sanction elle-même.

Il y a 8 ans, le Bénin s’était ému de la différence de traitement hommes/femmes appliquée par les autorité en matière d’adultère. Aujourd’hui, c’est la problématique même de l’adultère qui anime les débats.

En effet, si l’on se réfère à la décision du Conseil datant du 30 juillet 2009, un manque de précision certain subsiste toujours quant au maintien ou pas d’une telle sentence.

Le gouvernement, par la voix du Garde des Sceaux, a donc suggéré au législateur de corriger le tir et de supprimer purement et simplement le délit/crime (c’est selon) du code pénal.

Mais depuis les voix s’élèvent contre cette prise de position étatique. C’est le cas du président de l’Union Nationale des Magistrats (UNAMAB), Michel Adjaka :

“Notre sociologie n’est pas prête à démocratiser la sexualité”, a-t-il clamé haut et fort auprès de nos confrère de Benin Web TV.

Pourtant, le pays est officiellement laïc. Les considérations religieuses ont-elles donc leur place au sein des débats ? C’est à l’organe judiciaire d’en apporter la réponse.

Source : Benin Web TV

 

Un texte sera présenté sous peu au Parlement afin d’abolir la peine de mort. La peine capitale était à ce jour, maintenue dans l’arsenal juridique malgré un moratoire de fait sur les exécutions, a déclaré Umaru Napoleon Koroma le vice-ministre de la justice. En Sierra Leone, la Constitution de 1991...
Alors que le continent Africain se comporte mieux que l’Europe, l’Asie, et l’Amérique avec moins de 5 millions de cas déclarés, les campagnes de vaccination sont délaissées par les populations qui montre un certain scepticisme. L’Afrique s’apprête à rendre ses doses de vaccins alors même que la pénurie en la matière...
Alassane Ouattara a fait savoir au FMI le 10 mai, qu’une plus grande représentativité des pays africains au sein de l’institution est souhaitable. Lundi 10 mai, le chef de l’État ivoirien a appelé de ses vœux que les pays africains soient mieux représentés au FMI, rappelant que « quarante-six pays d’Afrique...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...