Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara bloque le prix de quatre denrées alimentaires
Alassane Ouattara Burkina Faso exportation électricité

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, continue sa lutte contre la cherté de la vie. Le prix de quatre denrées alimentaires de première nécessité va ainsi être bloqué par Abidjan, et cela durant les six prochains mois.

Selon Jeune Afrique, “le chef de l’État a réactivé ce dispositif lors du Conseil des ministres du mercredi 12 juillet; un système qui permettra d’éviter des pénuries artificielles provoquées par certains acteurs de la chaîne de production pour doper les prix.”

Les produits concernés sont l’huile, le riz, le sucre et la tomate concentrée. Ces derniers sont en effet soumis à une inflation régulière. Le gouvernement se devait donc d’agir et il a pris ses responsabilités sur ce dossier.

Un geste fort de l’Etat

Initialement, deux problèmes viennent complexifier la maîtrise du prix de ces denrées. Soit la Côte d’Ivoire ne produit pas assez, c’est le cas du riz (1,33 millions de tonnes produite sur le territoire, 1,4 millions importée), soit les cours internationaux perturbent la régulation tarifaire nationale, c’est le cas du sucre.

Pour ce dernier produit, le ministre du Commerce, des PME et de l’Artisanat, Souleymane Diarassouba, s’est montré très ferme :

“Nous interviendrons au niveau des nombreux intermédiaires qui agissent sur les marges car une grande partie de ces intermédiaires évoluent dans l’informel.”

Le média rappelle par ailleurs que d’autres mesures portant sur le transport et l’encadrement des loyers feront également l’objet de mesure gouvernementales à l’avenir. Mais aucun calendrier n’a encore été communiqué sur ce point.

Source : Jeune Afrique 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter