Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Union africaine : naissance annoncée d’un marché commun pour le continent

L’institution panafricaine vient d’annoncer que les pays membres de l’Union africaine vont créer un marché commun ; zone de libre-échange qui peut dessiner les contours d’uen nouvelle économie pour le continent.

 Les 54 pays membres de l’Union africaine dessinent les contours d’une zone de libre-échange. La Commission de l’Union africaine au commerce et à l’industrie a annoncé la création probable d’une zone de libre-échange en Afrique. Celle-ci permettra aux pays du continent d’augmenter leurs volumes d’échanges ce qui aura comme effet de stimuler le commerce intra-africain.

Cette nouvelle communauté devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année 2017. «Nous sommes convaincus que nous aurons un marché intégré et commercialement viable à la fin de cette année», a déclaré Albert Muchanga, commissaire au Commerce et à l’Industrie de l’Union africaine, lors d’une conférence de presse le 30 juin au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie. Cette annonce met fin à deux ans de blocages dans les négociations entre pays. En 2015 lors du Sommet de l’Union africaine à Johannesburg, le projet de création d’une zone de libre-échange à l’échelle continentale était en but à de nombreuses réticences dés lors que certains pays très dépendants de leurs recettes douanières freinaient les accès à la mondialisation économique.

Les Etats sceptiques quant à la création d’un vaste espace commercial craignent de voir avec leurs marchés locaux saturés. Ces pays arguent qu’un marché élargi favorise une concurrence déloyale entre les Etats forts et les Etats faibles. Il est vrai qu’un espace commercial sans frontières implique la levée des quotas des échanges.

Le continent a besoin de s’ouvrir davantage sur lui-même. Le commerce intra-africain ne représente que 10%  alors qu’un marché commun africain rapporterait plus de 35 milliards de dollars chaque année aux pays de l’Union africaine. Les pays en faveur de l’ouverture ont pour leur part, compris qu’un marché commun africain les aiderait à relever les défis de la lutte contre le chômage de masse, le sous-emploi et la pauvreté.

Rappelons que Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la commission de l’Union africaine avait estimé qu’un marché commun africain permettrait de résoudre «le paradoxe africain d’un continent avec pratiquement toutes les ressources naturelles à sa disposition, et pourtant des populations pauvres, et qui est marginalisé dans la production mondiale».

Les pays membres de l’Union africaine ont décidé de se réunir les 3 et 4 juillet dans la capitale de l’Ethiopie afin de conclure les négociations sur la mise en place de ladite zone commerciale à l’échelle continentale. Si les accords aboutissent C’est un marché commun local de plus d’un milliard de consommateurs qui va voir le jour en Afrique.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter