Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : des mutins de la police demande leur réintégration
Burkina Police Mutins Réintégration

136 policiers burkinabè ayant participé à des actes de mutineries en 2011 furent sanctionnés et radiés par le gouvernement en 2012. Aujourd’hui, ces derniers se sentent lésés et demandent à être réintégrés au sein des forces de sécurité locales

Ces derniers avaient été révoqués par les autorités en raison “de faits d’insubordination, de comportement attentatoire à l’honneur et à l’éthique du corps (policier).”

Le porte-parole des policiers radiés, Mahamadi Tidiga, martèle en effet qu’ils ont faits office “de bouc-émissaires”. L’intéressé met avant “un rapport d’enquête publié en mai 2017 sur la gestion des ressources au sein de la police nationale dont les conclusions accablent certains des supérieurs hiérarchiques des policiers révoqués.”

La corruption comme moyen de pression

La porte-parole des familles des policiers révoqués, Danwéré Sou Kam, persiste et signe dans la foulée en prenant à partie le gouvernement : “S’ils ont été révoqués pour des actes d’indiscipline, quelles sanctions seront réservées à ceux qui ont détourné des milliards de francs CFA ?”, s’exclame-t-elle.

Le directeur générale de la police,  Jean Bosco Kienou, s’est quant à lui contenté de botter en touche : “Le message va être transmis à qui de droit. Votre mot parviendra là où il doit être transmis.”

Source : Jeune Afrique 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En ligne de mire de la lutte contre la corruption, la police et la gendarmerie sont plus particulièrement visés en raison notamment de pots-de-vin prélevés aux vendeurs de produits vivriers.  Le 14 septembre Zoro Epiphane Ballo, le ministre de la promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de...
  L’ancien homme d’État souffrait du Covid-19. Il est décédé à l’âge de 78 ans.  L’ancien premier ministre de Côte d’Ivoire Charles Konan Banny est mort le vendredi 10 septembre, de complications pulmonaires et respiratoires liées au Covid-19.  L’homme politique ivoirien avait été transféré d’Abidjan à l’hôpital américain de Neuilly. Konan Banny était...
Les dirigeants de la Cédéao (la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) ont répondu leur mécontentements face au coup d’État qui a eu lieu la semaine dernière avec le renversement du président Alpha Condé, en décidant ce mercredi 8 septembre 2021 de suspendre la Guinée des organes de...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...