Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : le référendum sur la Constitution est reporté

Prévu le 9 juillet, la date du référendum sur la révision de la Constitution se voit reporté, sans qu’aucune date n’ait été précisée.

Le gouvernement malien a ainsi décidé de reporter  à une date ultérieure le référendum prévu Le communiqué gouvernemental n’indique cependant pas les raisons qui expliquent cette décision.

Le contexte actuel n’est apparemment pas favorable à la tenue sereine d’un referendum qui fait débat et qui génère des contestations au point de voir les rues de Bamako envahies par des manifestants. Des manifestations ont été organisées contre cette révision constitutionnelle et la tenue du référendum. L’’opposition et une partie de la société civile ont appelé à la mobilisation, réunissant lors des manifestations des milliers de personnes. « Nous appelons à surseoir au référendum prévu le 9 juillet, par souci d’apaisement. C’est important pour la paix sociale », avait récemment déclaré l’ancien premier ministre malien Moussa Mara à l’AFP.

On se souvient que les détracteurs du projet de révision de la constitution estiment qu’il donne « trop de pouvoirs » au président de la République. Autre argument avancé pour justifier le report du vote : l’impossibilité d’organiser le référendum dans le nord du Mali en raison des attaques djihadistes.

Pour memo, les précédentes élections ont également fait l’objet de report, notamment les élections municipales, qui après plusieurs reports s’étaient tenues en novembre 2016. Depuis lundi, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, reçoit des personnalités  dont des responsables d’institutions, des chefs religieux et de partis politiques, pour discuter des conditions de tenues du referendum. Des souhaits sont ainsi formulés, et même si les arguments sont de natures différentes les autorités essayent d’identifier une voie qui convient à tous. Et ce même si la question de l’insécurité liée aus attaques terroristes est plus aisée à envisager que la question de la question de la nature de la réforme.

L’opposition reste  à l’écoute lors des échanges alors que la ligne de négociation ne fléchit pas.

Source : Le Monde Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...