Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : l’archevêque de Bamako mis en cause par Swiss Leaks
Jean Zerbo Archevêque Bamako

Les documents Swiss Leaks mettent en cause l’archevêque de Bamako, Mgr Jean Zerbo, dans une affaire de détournements de fonds publics. Les faits porteraient sur une somme de 12 millions d’euros dissimulée jusqu’en 2007 sur 7 comptes bancaires d’une agence HSBC de Genève, sous la propriété  de la Conférence épiscopale du Mali (CEM).

Selon Le Monde, “cette histoire rocambolesque mêle opacité, rencontres secrètes entre clergé malien et banquiers suisses et soupçons de détournements de fonds dans un pays où les chrétiens ne représentent que 2,4 % des 17 millions d’habitants. Elle implique les trois plus hauts dirigeants de l’époque de la CEM, à commencer par Mgr Jean Zerbo, 73 ans, archevêque de Bamako, chargé des finances de l’Institution au moment des faits (…) Au début 2015, lorsque éclate le scandale SwissLeaks,, d’autres Maliens sont repérés dans les documents HSBC, comme l’industriel Gérard Achcar ou l’homme d’affaires Modibo Keïta. Mais les comptes en Suisse des trois plus hauts dirigeants de l’épiscopat malien de l’époque passent alors inaperçus.”

Le média s’interroge donc légitimement sur la destination des fonds de la CEM susceptibles d’être liés à une opération frauduleuse. Concrètement, la somme de 12 millions d’euros a “transité du Crédit lyonnais du Rocher à HSBC Private Bank à Genève par des mouvements successifs au sein du monde bancaire.”

Par ailleurs, poursuit le média, “deux banquiers ont rencontré à plusieurs reprises les trois responsables catholiques maliens, du 29 septembre au 18 octobre 2005 (…) De ces rencontres, il ressort que l’archevêché ainsi que les paroisses sont d’accord pour confier la gestion d’une partie du portefeuille à la banque ainsi que la capture de 50 % du portefeuille afin de pouvoir en optimiser la rentabilité (au moins 5% d’intérêt).”

Nulle trace de ces comptes au sein des registres de la Paroisse

Du côté des Paroissiens contactés par le site Internet, les témoignages sont édifiants puisque tous confirment ne pas être au courant de l’existence de cette opération : “Il y a une grande opacité dans la gestion des ressources de notre confession. Cela fait des années que ça dure. Et ça commence à nous monter à la tête. Profitant de l’extrême passivité des fidèles, ils se permettent tout et ne rendent de compte à personne”, renchérit même un responsable de la jeunesse chrétienne de la rive droite de Bamako.

Le Monde indique que le dernier compte a été clôturé en 2016. Quant aux registres de comptabilité de la CEM, ils ne mentionnent aucune information à ce sujet…

Source : Le Monde

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter