Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Togo : déficit accru dans un contexte d’importations massives

Le Togo enregistre un déficit structurel sévère depuis 2015 et celui-ci s’est encore aggravé en 2016 selon la BCEAO.

 La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), vient de publier les comptes extérieurs du pays. Les importations massives conjuguées à une baisse des exportations expliquent ces mauvais résultats. Selon les indicateurs de la BCEAO, la situation du Togo continue de s’aggraver. Le déficit commercial était déjà structurel et continue de s’accroître. En 2015 il a dépassé les 80 milliards  de Fcfa selon les conclusions du 7e rapport de la BCEAO portant sur les comptes extérieurs du pays.  La situation déficitaire est générée par une hausse prononcée des importations notamment des biens d’équipements et par la baisse des exportations notamment des biens et service.

Le directeur national de la banque centrale de l’UEMOA  pour le Togo, Kossi Tenou a confirmé la conjoncture actuelle : « Le déficit s’est plus aggravé en 2016 en raison des importations massives des biens d’équipements alors qu’au niveau des exportations des biens et services, il n’y a pas eu de réelle  progressions mais bien au contraire, les exportations ont baissé ». Le Togo pour envisager une sortie de crise doit modifier en profondeur sa politique d’exportation et notamment diversifier la nature des produits exportés. « la structure des exportations n’a pas changé, c’est toujours les mêmes produits qui sont exportés c’est à dire le café, le cacao, le  coton et les phosphates et pour peu que les cours au plan international baissent, ça entraîne également une baisse des exportations » rappelle Kossi Tenou.

Contexte paradoxal puisque le Togo conserve un excellent taux de croissance, qui tourne autour de 5% du PIB. Alors que la baisse des cours des matières premières notamment des phosphates, du coton puis du cacao a ainsi accentué le déséquilibre des comptes du pays, le Togo a fait appel au FMI, à la Banque mondiale puis à la Banque africaine de développement ( BAD) pour retrouver un équilibre timide et faire face aux chocs engendrés par la crise des matières premières.

Cependant certains secteurs résistent et réagissent correctement. C’est le cas de la production cotonnière de 2016-2017 qui a augmenté de 32% par rapport à la période précédente. La Nouvelle Société Cotonnière du Togo a annoncé une production à hauteur de 108 000 tonnes de coton-graine alors que le gouvernement ambitionne d’atteindre le chiffre de 200 000 tonnes d’ici à 2022

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1600 tonnes, ce chiffre représente la surface hallucinante de déchets que comporte la capitale malienne. Mais aussi l'incapacité des pouvoirs publics à assurer la propreté et l'assainissement urbains. La situation est d'autant plus critique, que la période des pluies renforce les mauvaises odeurs et empêche l'eau de circuler normalement. Ce...
Le Ghana a signé avec la Banque mondiale un contrat d'achat de réductions d'émissions de gaz. Le contrat doit permettre au pays de bénéficier d'un financement pouvant aller jusqu'à 50 millions de dollars.  L'accord, signé entre le Ghana et le Fonds de partenariat sur le carbone forestier, une entité administrée...
Les 16 et 17 juillet à Abidjan se tiendra la troisième édition du Forum de la diaspora ivoirienne. Il s’agit pour celui-ci d’inciter les Ivoiriens de l'extérieur à s'impliquer davantage dans le développement du pays.  Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, présidera la troisième édition du Forum de la diaspora...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter