Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Faso : nouvelle réglementation pour le commerce de l’or

L’Assemblée nationale a voté le 18 mai à l’unanimité des députés une nouvelle loi réglementant la commercialisation du métal précieux.

La nouvelle réglementation permet la création de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-artisanales (ANEEMAS) dont la mission est d’assurer la commercialisation de l’or, la première source de devise du Burkina Faso. C’est le premier pas vers une régulation et surveillance accrues dans un pays où c’était la « loi du laisser-faire » qui menait le marché.

Ainsi jusqu’à aujourd’hui, l’Etat n’avait presque aucun contrôle sur les orpailleurs et les centaines de comptoirs du pays. L’Etat Burkinabé entend dorénavant réorganiser le circuit de la commercialisation de l’or. Le secteur de l’orpaillage emploie près de 1,2 millions de personnes au Burkina Faso. Les employés du marché de l’or travaillent parfois dans des conditions dangereuses, puisque le modèle de l’exploitation artisanale domine le secteur. L’ANEEMAS a pour mission de s’engager auprès des exploitations artisanales afin d’identifier les solutions pour réduire les éboulements mortels. L’ANEEMAS a également pour mission la mise en place d’une organisation des orpailleurs en coopératives afin d’accroître la production d’or, et avoir un œil sur les activités du secteur.

Un plus grand challenge encore attend l’Etat et l’ANEEMAS : faire en sorte que les 115 comptoirs soient détenus, non plus par des expatriés, mais par les Burkinabés eux-mêmes ou par des association expatriés-Burkinabé. L’Etat ambitionne donc de reprendre le contrôle du marché de cette matière première qui se trouve être le premier produit d’exportation du Burkina Faso. Le coton étant le second.

En 2016 les recettes de l’exploitation minière s’élevaient à 189,9 milliards de Fcfa, soit une hausse de 12,8% par rapport à 2015. Pour l’année 2017, les prévisions font état d’une probable production d’or de 45 tonnes avec l’opérationnalisation de deux nouvelles mines d’or, portant ainsi à dix le nombre de mines industrielles en exploitation.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Banque centrale hausse le ton en Mauritanie et ambitionne de faire respecter la loi en vigueur sur les transferts d’argent, loi qui existe depuis 12 ans. Les prestataires de transfert d'argent en Mauritanie ont quinze jours pour régulariser leur situation vis-à-vis de la Banque centrale de Mauritanie, sous peine...
La Délégation de l'entreprenariat rapide est en marche. Cette délégation consiste en un mécanisme de financement de l'auto-emploi pour les femmes et les jeunes, Le 6 août, le président sénégalais Macky Sall a remis aux 15 000 bénéficiaires des premiers financements pour un montant global de 10 milliards de Fcfa....
Les 4,5 milliards de levée de fonds prévue par la Banque mondiale, sont destinés à l’investissement dans le développement des infrastructures routières, ferroviaires, dans l'aéroportuaire et le secteur de l'électricité.  La Banque mondiale a annoncé ses prévisions et envisage de lever 4,5 milliards de dollars pour le Nigeria dans les...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter