Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Faso : nouvelle réglementation pour le commerce de l’or

L’Assemblée nationale a voté le 18 mai à l’unanimité des députés une nouvelle loi réglementant la commercialisation du métal précieux.

La nouvelle réglementation permet la création de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi-artisanales (ANEEMAS) dont la mission est d’assurer la commercialisation de l’or, la première source de devise du Burkina Faso. C’est le premier pas vers une régulation et surveillance accrues dans un pays où c’était la « loi du laisser-faire » qui menait le marché.

Ainsi jusqu’à aujourd’hui, l’Etat n’avait presque aucun contrôle sur les orpailleurs et les centaines de comptoirs du pays. L’Etat Burkinabé entend dorénavant réorganiser le circuit de la commercialisation de l’or. Le secteur de l’orpaillage emploie près de 1,2 millions de personnes au Burkina Faso. Les employés du marché de l’or travaillent parfois dans des conditions dangereuses, puisque le modèle de l’exploitation artisanale domine le secteur. L’ANEEMAS a pour mission de s’engager auprès des exploitations artisanales afin d’identifier les solutions pour réduire les éboulements mortels. L’ANEEMAS a également pour mission la mise en place d’une organisation des orpailleurs en coopératives afin d’accroître la production d’or, et avoir un œil sur les activités du secteur.

Un plus grand challenge encore attend l’Etat et l’ANEEMAS : faire en sorte que les 115 comptoirs soient détenus, non plus par des expatriés, mais par les Burkinabés eux-mêmes ou par des association expatriés-Burkinabé. L’Etat ambitionne donc de reprendre le contrôle du marché de cette matière première qui se trouve être le premier produit d’exportation du Burkina Faso. Le coton étant le second.

En 2016 les recettes de l’exploitation minière s’élevaient à 189,9 milliards de Fcfa, soit une hausse de 12,8% par rapport à 2015. Pour l’année 2017, les prévisions font état d’une probable production d’or de 45 tonnes avec l’opérationnalisation de deux nouvelles mines d’or, portant ainsi à dix le nombre de mines industrielles en exploitation.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le 11 décembre le gouvernement sénégalais a signé un accord conjoint avec le Bureau international du Travail (BIT) et les partenaires sociaux les organisations d'employeurs et de travailleurs. L’objet de l’accord est le nouveau Programme Pays pour le Travail décent. Le Sénégal a décidé de formaliser sa lutte contre le...
Alors que le Cameroun s'est vu retirer l'organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d'Ivoire, sera finalement organisée... par le Cameroun. Abidjan devra en conséquence...
Régulièrement victime d’inondations catastrophiques, la capitale mauritanienne dispose désormais d'un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a coupé vendredi 30 novembre le ruban du premier réseau d’assainissement moderne de...
TRIBUNES LIBRES
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » a-t-on coutume...

S’inscrire à la Newsletter