Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
L’Afrique de l’Ouest décide de lutter contre l’apatridie

Dans la région, un million de personnes sont privées de nationalité, en particulier en Côte d’Ivoire.

Lors d’une conférence ministérielle le 9 mai à Banjul la capitale de la Gambie, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a adopté un plan d’élimination de l’apatridie. En Afrique de l’Ouest, l’apatridie concerne particulièrement la Côte d’Ivoire, où vivent de nombreux apatrides provenant du Burkina Faso.  La privation de nationalité concerne au moins 10 millions de personnes. C’est en 2015, à Abidjan que les 15 membres de la Cédéao avaient reconnu «  l’apatridie comme un fléau en Afrique de l’Ouest et se sont engagés à mettre fin à ce phénomène d’ici à 2024 », ont rappelé le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) et l’organisation régionale dans un communiqué  le 9 mai.

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) avait pour sa part lancé en novembre 2014 une campagne pour éradiquer l’apatridie à horizon 2014. « Un million de personnes sont apatrides en Afrique de l’Ouest », selon le haut-commissaire assistant pour les réfugiés, Volker Türk. « De plus, on estime à au moins 30 % de la population le nombre de celles et ceux qui, dans la région, n’ont pas de papiers prouvant leur identité ou leur nationalité. »

Les participants ont réaffirmé leur volonté et leur rôle : « L’Afrique de l’Ouest se pose en leader de la lutte contre l’apatridie en Afrique et dans le monde », selon le texte, publié à l’issue de cette réunion des ministres de la justice et de l’intérieur de la Cédéao.

L’ONU via le représentant régional du secrétaire général de l’ONU, Mohamed Ibn Chambas, a complété les propos en précisant quelles sont les populations qui sont victimes d’apatridie que « les femmes et les enfants souffrent tout particulièrement des situations d’apatridie, lorsque les pratiques culturelles de la législation interdisent aux femmes de transmettre leur nationalité à leurs enfants, surtout ceux nés hors de leur pays ». « Certaines lois sur la nationalité contiennent encore des discriminations basées sur le genre ou l’appartenance ethnique et raciale », a également rappelé Liz Ahua, représentante du HCR pour l’Afrique de l’Ouest.

Ainsi les organisations internationales font montre d’une intention ferme dans la lutte contre un phénomène sous-estimé jusqu’alors.Le plan d’action « énonce des mesures concrètes visant à tarir les sources de l’apatridie, en palliant les insuffisances des lois sur la nationalité et les défaillances en matière de preuve de la nationalité ».

Source : Le Monde Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...