Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : 10% de réduction des dépenses publiques
Alassane Ouattara Burkina Faso exportation électricité

Le recul des prix du cacao sur le marché mondial impacte les finances publiques et oblige à une réduction de 10% des dépenses publiques.

 Les autorités ivoiriennes viennent d’annoncer cette réduction des dépenses budgétaires pour l’année 2017. La crise des prix des matières premières sur le marché mondial malmène bien des pays en matière de revenus à l’exportation. Tel est le cas de la Côte d’Ivoire qui revoit ainsi à la baisse les dépenses d’investissement. Initialement prévues pour un montant de 320 milliards de francs CFA, les dépenses d’investissement ne sont désormais envisagées qu’à hauteur de 200 milliards de francs CFA. La pression budgétaire este telle que le gouvernement a du annoncer des mesures de réduction. « À l’exclusion des salaires, nous avons été obligés de réduire les dépenses de 10%. Tous les ministères vous diront que leurs budgets ont été réduits de 5 à 10% », a confié le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara.

Le cacao est une essentielle source de recettes pour la Côte d’Ivoire. La crise récente a eu des effets néfastes sur l’économie et les conséquences doivent être maîtrisées. La crise du caco a généré un impact significatif sur le budget du pays dont le cacao finance une partie. Les revenus fiscaux inhérents à son exportation ayant baissé, les recettes de l’Etat ne sont pas celles attendues. Cependant selon le Fonds monétaire international (FMI), une hausse de 1% dans les recettes d’exportation du cacao pourrait avoir un impact de 0,63 % sur les dépenses d’investissement du pays. La Côte d’Ivoire devrait également obtenir une augmentation de l’appui du FMI de 659 millions de dollars sur trois ans, soit 75% de sa quote-part. Il s’agit d’un versement provenant de deux accords triennaux au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du Mécanisme élargi de crédit (MEC) en faveur d’Abidjan, conclus par le conseil d’administration du FMI en faveur de la Côte d’Ivoire pour appuyer son programme de réformes économiques et financières. « La Côte d’Ivoire doit garder le FMI à bord à un moment où les mutineries de l’armée ont exercé une pression sur le budget », a expliqué Charles Robertson, économiste en chef pour Renaissance Capital.

En sus des fonds du FMI, les autorités ivoiriennes envisagent se tourner vers les marchés obligataires internationaux.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Acquitté par la cour pénale internationale, l'ex-pensionnaire de la CPI foulera le sol ivoirien, jeudi 17 juin. Après 10 années passées loin de son pays, dont 8 derrière les barreaux de la cour pénale internationale, Laurent Gbagbo retrouvera bientôt les siens. Agé de 76 ans, l’ancien président  ivoirien, historien de  formation,...
Malgré la pandémie mondiale, la Côte d’Ivoire continue d’afficher d’impressionnants taux de croissance. Une réussite portée notamment par les succès du secteur de la construction : politique de grands travaux et de scolarisation ont ouvert d’importants débouchés au secteur, désormais pilier de la croissance ivoirienne. Des entreprises du bâtiment comme...
Depuis sa prise de pouvoir le 20 avril dernier, Mahamat Idriss Déby multiplie les signes d’apaisement. Un geste accueilli avec enthousiasme à l’intérieur et à l’extérieur du pays, dont la continuité de l’Etat est essentielle pour assurer la stabilité nationale et régionale.   Renouveau gouvernemental C’est avec soulagement que la...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...