Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie : une femme accède à la présidence du Parlement

Mariam Jack Denton, juriste gambienne a été élue mardi présidente de l’Assemblée nationale.

Mme Denton et le vice-président du Parlement, Momodo Sanneh, tous deux membres du Parti démocratique unifié (UDP), principale formation d’opposition sous Yahya Jammeh et vainqueur des élections législatives du 6 avril font partie du groupe des cinq députés nommés par le chef de l’Etat, Adama Barrow. Ils ne font pas partie des 53 députés élus. Sur les cinq députés nommés, M. Barrow a désigné trois femmes, doublant la représentation féminine au Parlement, alors que seules trois candidates ont été élues. Les deux autres femmes nommées sont Ndey Yassin Secka, employée de la radiotélévision d’Etat GRTS, et Kumba Jaiteh, une responsable de la commission de la concurrence et de la protection des consommateurs.

Les 58 députés du Parlement monocaméral ont prêté serment devant le président de la Cour suprême, le juge Hassan Abubacarr Jallow. Mme Denton, juriste gambienne s’est engagée à exercer ses fonctions « avec l’impartialité attendue du poste de président du Parlement et à en préserver  la dignité ». La nouvelle présidente de l’Assemblée souhaite jouer un vrai rôle dans la vie politique gambienne et le fait savoir. « C’est un nouveau jour, c’est une nouvelle ère. L’Assemblée nationale est maintenant l’un des trois différents pouvoirs du pays, sans que l’exécutif ne puisse la contrôler » a ainsi déclaré Mariam Jack Denton.

La composition du nouveau Parlement se découpe comme suit : le Parti démocratique unifié (UDP) de Adama Barrow, détient une majorité absolue au parlement, ayant obtenu 31 des 53 sièges à pourvoir, hors députés nommés. Le parti de M. Jammeh, l’Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC), a conservé cinq sièges. Le Congrès démocratique de Gambie  (GDC), de Mama Kandeh, arrivé en troisième position à l’élection présidentielle a obtenu cinq sièges. D’autres partis de la coalition se partagent 11 des 12 sièges restants, le dernier revenant à un candidat indépendant.

Source : Le Monde Afrique

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...