Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : le gouvernement resserre la bride sur la vérification des importations
Port de Cotonou Patrice Talon Bénin

Le gouvernement béninois a décidé lundi 3 avril de relancer le programme de vérification des importations (PVI) sur le port de Cotonou alors que la révision de la Constitution est au centre de toutes les attentions.

La décision, entérinée lors du Conseil des ministres du 15 mars dernier, a pour but de resserrer la bride douanière au niveau de la collecte des taxes liées aux produits étrangers. Et pour cause, ce flottement découlait à la base d’un méli-mélo judiciaire qui congestionnait tout le site de la capitale.

Selon RFI, le PVI avait été attribué en 2011 à la société Benin Control par le gouvernement de Boni Yayi. Patrice Talon (l’actuel président du Bénin), dirigeait alors le conseil d’administration de la structure. Cependant, une dispute entre les deux hommes avait conduit à la résiliation du contrat 17 mois plus tard, avant que l’entreprise ne soit rétablie dans ses droits par la Cour commune de justice et d’arbitrage (basée à Abidjan).

Patrice Talon se défend de tout conflit d’intérêt

Pour autant, la presse locale compare cette réhabilitation étatique à un véritable conflit d’intérêt au sommet de la pyramide. En effet, comme le souligne Jeune Afrique, « si Patrice Talon n’a officiellement plus aucune participation dans la myriade de sociétés qu’il contrôlait, il les a tout de même léguées à sa femme, à ses enfants et à des collaborateurs qui forment son cercle rapproché. » C’est également le cas pour Benin Control et Olivier Bako, son nouvel actionnaire majoritaire.

Du côté étatique, l’argumentaire demeure bien plus pragmatique, puisque le but de la manœuvre vise simplement « à améliorer les recettes publiques en faisant rentrer toutes les taxes dues dans les caisses nationales. »

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Assemblée nationale du Sierra Leone, a voté à l’unanimité une loi pour qu’un tiers des députés soient des femmes. Maintenant que le texte a été approuvé, il doit être signé par Julius Bio, le président, afin d’entrer en vigueur. C’était l’une des grandes promesses de campagne présidentielle de 2918 du...
Une étude collective parue dans « L’Information psychiatrique (Cybercriminalité et occultisme chez des adolescents ivoiriens) » menée par l’anthropologue ivoirien Paulin Konan, chargé de recherches à l’Institut national de santé publique (INSP), révèle le lien entre cybercriminalité et maraboutage. « Je suis obligé d’attacher les Blancs pour qu’ils puissent m’envoyer l’argent sans s’en...
Moussa Dadis Camara, qui devait comparaître pour le massacre de septembre 2009, s’est vu renvoyé son affaire au 12 décembre 2022. « Vous avez une semaine, M. Camara, l’audience est levée », s’est ainsi exprimé Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal où paraissait Moussa Dadis Camara, après seulement douze minutes passées...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...