Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : le gouvernement resserre la bride sur la vérification des importations
Port de Cotonou Patrice Talon Bénin

Le gouvernement béninois a décidé lundi 3 avril de relancer le programme de vérification des importations (PVI) sur le port de Cotonou alors que la révision de la Constitution est au centre de toutes les attentions.

La décision, entérinée lors du Conseil des ministres du 15 mars dernier, a pour but de resserrer la bride douanière au niveau de la collecte des taxes liées aux produits étrangers. Et pour cause, ce flottement découlait à la base d’un méli-mélo judiciaire qui congestionnait tout le site de la capitale.

Selon RFI, le PVI avait été attribué en 2011 à la société Benin Control par le gouvernement de Boni Yayi. Patrice Talon (l’actuel président du Bénin), dirigeait alors le conseil d’administration de la structure. Cependant, une dispute entre les deux hommes avait conduit à la résiliation du contrat 17 mois plus tard, avant que l’entreprise ne soit rétablie dans ses droits par la Cour commune de justice et d’arbitrage (basée à Abidjan).

Patrice Talon se défend de tout conflit d’intérêt

Pour autant, la presse locale compare cette réhabilitation étatique à un véritable conflit d’intérêt au sommet de la pyramide. En effet, comme le souligne Jeune Afrique, “si Patrice Talon n’a officiellement plus aucune participation dans la myriade de sociétés qu’il contrôlait, il les a tout de même léguées à sa femme, à ses enfants et à des collaborateurs qui forment son cercle rapproché.” C’est également le cas pour Benin Control et Olivier Bako, son nouvel actionnaire majoritaire.

Du côté étatique, l’argumentaire demeure bien plus pragmatique, puisque le but de la manœuvre vise simplement “à améliorer les recettes publiques en faisant rentrer toutes les taxes dues dans les caisses nationales.”

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Banque centrale hausse le ton en Mauritanie et ambitionne de faire respecter la loi en vigueur sur les transferts d’argent, loi qui existe depuis 12 ans. Les prestataires de transfert d'argent en Mauritanie ont quinze jours pour régulariser leur situation vis-à-vis de la Banque centrale de Mauritanie, sous peine...
La Délégation de l'entreprenariat rapide est en marche. Cette délégation consiste en un mécanisme de financement de l'auto-emploi pour les femmes et les jeunes, Le 6 août, le président sénégalais Macky Sall a remis aux 15 000 bénéficiaires des premiers financements pour un montant global de 10 milliards de Fcfa....
Les 4,5 milliards de levée de fonds prévue par la Banque mondiale, sont destinés à l’investissement dans le développement des infrastructures routières, ferroviaires, dans l'aéroportuaire et le secteur de l'électricité.  La Banque mondiale a annoncé ses prévisions et envisage de lever 4,5 milliards de dollars pour le Nigeria dans les...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter