Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Un referendum pour la Nouvelle Constitution mauritanienne

Le texte sera soumis à référendum “le plus rapidement possible”, a annoncé le président mauritanien mercredi après le rejet du texte par le Sénat.

Le projet de révision constitutionnelle en Mauritanie prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement du drapeau national. Apres le rejet du Sénat, le Président a régai très rapidement. « Par ce rejet, nous sommes arrivés à une situation de blocage. Or, nous avons une porte de sortie : aller en référendum conformément à l’article 38 de la Constitution », a déclaré en conférence de presse le président Mohamed Ould Abdelaziz mercredi 22 mars.

Cet article permet au chef de l’État de recourir au référendum « pour consulter directement le peuple ». La date du dit referendum n’est pas à ce jour fixée ; Mohamed Ould Abdelaziz a cependant confirmé que le referendum serait organisé « le plus rapidement possible ».

C’est ainsi la voie choisie pour sortir du blocage parlementaire. Initialement pour être entériné, le projet de révision de la Constitution faisait l’objet de discussions au parlement, et devait être adopté à la majorité des deux tiers par les deux chambres que sont Sénat et Assemblée Nationale. Si les députés ont adopté le projet le 9 mars, le Sénat quand à lui rejeté la révision. 33 sénateurs sur les 56 qui siègent à la chambre haute, ont voté contre le projet de révision de la constitution, parmi lesquels 24 appartiennent à la majorité au pouvoir.

Mohamed Ould Abdelaziz a vivement réagi à l’annonce des résultats. Selon le Président, que des sénateurs de la majorité votent contre l’avis de leur camp traduit un « dysfonctionnement dans notre démocratie » et est « inacceptable au plan moral et éthique ». « Nous ne pouvons admettre que 33 sénateurs qui ont voté contre les amendements tiennent tout un peuple en otage », a-t-il déclaré, insistant : « Une porte de sortie existe, celle d’aller directement en référendum populaire ».

C’est donc au peuple que reviendra le pouvoir de décider de l’avenir de la Constitution de la Mauritanie.

Sources : Jeune Afrique, RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de six millions d’Ivoiriens étaient appelés à voter aux élections locales, dont le principal enjeu est de mesurer les forces en présence avant la présidentielle de 2020. Les élections municipales et régionales n'ont pas mobilisé la population ivoirienne lors d'une journée de vote, qui fut marquée par différents incidents...
Alors que s’engage la deuxième phase du Programme d’urgence de développement communautaire ( PUDC), Jule Diop le ministre délégué auprès du Premier ministre déclare que l’Etat s’engagerait plus précisément au sein du PUDC. Le Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC) le projet phare au Sénégal qui a été lancé il...
Le président Buhari est déterminé : les contribuables nigérians détenteurs d’actifs à l’étranger ont douze mois, à compter du lundi 8 octobre, pour régulariser leurs situations fiscales. Ils ont douze mois pour bénéficier d'une amnistie fiscale.  On sait le président Muhammadu Buhari, champion de la lutte contre la corruption. Suivant sa...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter