Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : turbulences sur le marché du ciment

Les prix s’envolent. Le sac de ciment qui se vendait à 5.000 Fcfa dorénavant à 7.000 voire 8.000 Fcfa. L’envol trouve sa raison dans la pénurie. Et les causes sont nombreuses et conjoncturelles.

Tout d’abord et principalement, le marché devient de plus en plus demandeur, la hausse de la consommation de ciment en Côte d’Ivoire ne se dément pas. Le ciment se raréfie sur les points de vente habituels provoquant la flambée du prix. La pénurie résulte de l’encombrement des voies du port en chantier, selon l’association des producteurs de ciment de Côte d’Ivoire (APPCI). Les travaux de réhabilitation du boulevard du port ralentissent la cadence des livraisons au niveau des points de vente. Le manque de camions de transport du fait de la campagne de cacao en cours est également à l’origine des problèmes de distribution du ciment. La situation ne devrait pas perdurer.

L’APPCI a annoncé que des mesures nécessaires ont été prises de concert avec le Port autonome d’Abidjan pour un retour à la normale de la filière. L’association recommande aux producteurs de ciment de « prendre toutes les dispositions logistiques et humaines pour assurer la livraison du ciment sur l’ensemble du territoire national dans des délais raisonnables ».

La consommation de ciment et le marché porteur qu’il représente est une bonne nouvelle quoi qu’il en soit. Depuis 2012 l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir, le marché a explosé en raison du développement du nombre de chantiers de construction sur l’ensemble du territoire du pays. La demande locale s’est donc accrue. La production annuelle de ciment en Côte d’Ivoire est passée de 1,97 million de tonnes en 2012 à 2,6 millions de tonnes en 2014, soit une hausse de 32,08 % entre 2012 et 2014 et un accroissement de 10,69% en moyenne par an sur la même période.

Les besoins annuels en matériau estimés actuellement à 3,6 millions de tonnes dépassent les capacités de production locale annuelle du pays. Cette tendance haussière va certainement se confirmer. Concomitamment aux chantiers de construction de ponts, de routes, de logements sociaux ou encore d’autoroutes, est programmée dans les années à venir en Côte d’Ivoire, la réalisation de six nouveaux projets d’investissements dans le secteur de la cimenterie. La Côte d’Ivoire a d’ores et déjà planifié des projets d’extensions des unités existantes permettant d’accroître les capacités de production locale jusqu’à 12,2 millions de tonnes/an.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter