Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : turbulences sur le marché du ciment

Les prix s’envolent. Le sac de ciment qui se vendait à 5.000 Fcfa dorénavant à 7.000 voire 8.000 Fcfa. L’envol trouve sa raison dans la pénurie. Et les causes sont nombreuses et conjoncturelles.

Tout d’abord et principalement, le marché devient de plus en plus demandeur, la hausse de la consommation de ciment en Côte d’Ivoire ne se dément pas. Le ciment se raréfie sur les points de vente habituels provoquant la flambée du prix. La pénurie résulte de l’encombrement des voies du port en chantier, selon l’association des producteurs de ciment de Côte d’Ivoire (APPCI). Les travaux de réhabilitation du boulevard du port ralentissent la cadence des livraisons au niveau des points de vente. Le manque de camions de transport du fait de la campagne de cacao en cours est également à l’origine des problèmes de distribution du ciment. La situation ne devrait pas perdurer.

L’APPCI a annoncé que des mesures nécessaires ont été prises de concert avec le Port autonome d’Abidjan pour un retour à la normale de la filière. L’association recommande aux producteurs de ciment de « prendre toutes les dispositions logistiques et humaines pour assurer la livraison du ciment sur l’ensemble du territoire national dans des délais raisonnables ».

La consommation de ciment et le marché porteur qu’il représente est une bonne nouvelle quoi qu’il en soit. Depuis 2012 l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir, le marché a explosé en raison du développement du nombre de chantiers de construction sur l’ensemble du territoire du pays. La demande locale s’est donc accrue. La production annuelle de ciment en Côte d’Ivoire est passée de 1,97 million de tonnes en 2012 à 2,6 millions de tonnes en 2014, soit une hausse de 32,08 % entre 2012 et 2014 et un accroissement de 10,69% en moyenne par an sur la même période.

Les besoins annuels en matériau estimés actuellement à 3,6 millions de tonnes dépassent les capacités de production locale annuelle du pays. Cette tendance haussière va certainement se confirmer. Concomitamment aux chantiers de construction de ponts, de routes, de logements sociaux ou encore d’autoroutes, est programmée dans les années à venir en Côte d’Ivoire, la réalisation de six nouveaux projets d’investissements dans le secteur de la cimenterie. La Côte d’Ivoire a d’ores et déjà planifié des projets d’extensions des unités existantes permettant d’accroître les capacités de production locale jusqu’à 12,2 millions de tonnes/an.

Source : La Tribune Afrique

Le leader de l'Ira, mouvement politique qui lutte contre l'esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier. "Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise...
La Mauritanie présente une singularité dans le monde arabe en attestant d'un taux de divorce oscillant entre 42 et 49 %, selon les estimations, bien que le gouvernement ne corrobore pas ces chiffres. Plus curieux encore, ce sont les femmes qui sont souvent à l'origine des ruptures.  D'après le site...
Une conférence de presse animée par l’association Les Victimes de Guillaume Soro (VGS) a eu lieu lundi 25 novembre 2019, à la Maison de la presse à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le mouvement présidé par Kader Doumbia, ex-membre des Forces nouvelles (FN), a dénoncé les pratiques inorthodoxes de l’ex-secrétaire général des...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter