Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : de belles perspectives de croissance économique

Le Fonds monétaire international a déclaré qu’au pays d’Alpha Condé  les perspectives sont bonnes à moyen terme avec une croissance prévisionnelle moyenne de 5% sur la période 2017-2020. Les signaux sont au vert, hormis sur le secteur tertiaire.

Ces progrès s’expliquent notamment par les investissements dans les infrastructures, le secteur minier, l’amélioration des services d’électricités, l’essor de la production alimentaire. « Les données disponibles montrent que l’activité économique connaît une reprise », a déclaré l’économiste sénégalais Abdoul Aziz Wane, désormais ancien représentant pays du FMI en Guinée.

Il apparaît que les réformes structurelles recommandées à la Guinée et que le gouvernement a initiées progressent. On entend ainsi la modification des statuts de la banque centrale de la République de Guinée (BCRG) effectuée par les autorités pour interdire les garanties, comme le FMI l’avait demandé, lors d’une mission effectuée en août et septembre 2016.

Afin d’encourager la Guinée, en octobre 2016 le conseil d’administration du FMI avait approuvé l’admission du pays au programme triennal de la Facilité élargie de crédit (FEC). Le nouvel accord porte sur un montant de 241,9 millions de dollar dont un décaissement immédiat de 25,2 millions de dollars. Mais malgré ces bons chiffres, le FMI déplore aussi une croissance à rythme inégal. La lenteur du secteur tertiaire et secondaire est un bémol dans le concerto de bonnes nouvelles. « L’activité dans le secteur manufacturier et celui des services, qui sont en général sources des emplois les plus rémunérateurs, reprend à un rythme beaucoup plus lent » a précisé Abdoul Aziz Wane.

Cependant cet infléchissement ne devrait pas perdurer. Les réformes et les investissements vont bon train et les organismes internationaux sont confiants, telle que la banque islamique de développement (BID) venue en appui à la Guinée en octroyant un prêt de 210 millions de dollars pour financer des projets d’infrastructure routières. L’avenir est ainsi au beau fixe au moins sur la période allant jusqu’à 2020, si les efforts se maintiennent.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pour faire face à une demande croissante en électricité du pays et palier les coupures régulières liées aux insuffisances des réseaux électriques existants, la Côte d’Ivoire initie un projet de développement et de réhabilitation du réseau électrique de Côte d’Ivoire (PRODERCI) d’un coût de 822 millions de dollars. Le projet...
Les startup africaines lèvent 168 millions d'euros au premier trimestre 2018, signe de bonne santé de l’écosystème de l’innovation. Les fondations et les bailleurs de fonds sont les principaux contributeurs aux levées de fonds des jeunes pousses. Le monde des startups a le vent en poupe. Ainsi selon l'organisation WeeTracker...
Le ministère de la culture, des arts et du tourisme du Burkina annonce la deuxième édition de l'«appel à projets culturels et touristiques». Le fonds global dotera des projets des acteurs culturels et touristiques burkinabés La seconde édition de l'«appel à projets culturels et touristiques» est lancée sous la houlette...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter