Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : face au terrorisme, les enseignants désertent le nord du pays
Burkina Faso Nord Enseignants

Si le ministère de l’Éducation a annoncé de nouvelles mesures pour protéger les travailleurs dans les régions du nord du Burkina Faso sujettes au terrorisme, les enseignants poursuivent malgré tout leur exode vers la capitale.

Et ce ne sont pas les déclarations du chef d’État-major des armées, le général Oumarou Sadou, qui risquent d’atténuer cette constante. L’intéressé a en effet laissé entendre récemment que les forces de sécurité n’interviendraient pas davantage dans les zones à risque, du moins dans l’immédiat.

Des propos qui ne rassurent pas du tout au niveau des fonctionnaires, inquiets de la tournure des événements : “Nous n’allons pas rester là pour être éliminés comme des lapins”, martèle ainsi un instituteur questionné par RFI et soucieux de la fermeture de nombreuses écoles. Quant à la presse locale, elle ne se prive pas d’écrire que le timing de cette annonce est tout sauf opportun.

Timide réaction gouvernementale

Ces courroux ont néanmoins porté leurs fruits vendredi 17 mars puisque Ouagadougou a promis un bataillon de deux cents motos supplémentaires pour quadriller efficacement les territoires dangereux. Le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, confirme par ailleurs que l’Etat “ne laissera pas une seule parcelle aux forces du mal.”

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En ligne de mire de la lutte contre la corruption, la police et la gendarmerie sont plus particulièrement visés en raison notamment de pots-de-vin prélevés aux vendeurs de produits vivriers.  Le 14 septembre Zoro Epiphane Ballo, le ministre de la promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de...
  L’ancien homme d’État souffrait du Covid-19. Il est décédé à l’âge de 78 ans.  L’ancien premier ministre de Côte d’Ivoire Charles Konan Banny est mort le vendredi 10 septembre, de complications pulmonaires et respiratoires liées au Covid-19.  L’homme politique ivoirien avait été transféré d’Abidjan à l’hôpital américain de Neuilly. Konan Banny était...
Les dirigeants de la Cédéao (la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) ont répondu leur mécontentements face au coup d’État qui a eu lieu la semaine dernière avec le renversement du président Alpha Condé, en décidant ce mercredi 8 septembre 2021 de suspendre la Guinée des organes de...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...