Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Un an après, les Ivoiriens rendent hommage aux 19 victimes de Grand-Bassam
Grand-Bassam

Les Ivoiriens se sont déplacés en masse lundi 13 mars pour honorer la mémoire des 19 victimes de l’odieuse attaque de Grand-Bassam, il y a de cela un an. Si le drame est encore dans toutes les têtes, l’heure était au recueillement devant la stèle où est inscrit l’ensemble des noms des victimes.

Le cortège s’est élancé du stade puis a emprunté le pont qui relie la nouvelle ville à l’ancienne cité touristique, avant que la stèle ne soit inaugurée par le maire de Grand-Bassam, Georges Ezaley.

Le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a quant à lui “déposé une gerbe à l’entrée de la plage où a eu lieu la tragédie en présence des familles des victimes ainsi que du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, et du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro”, souligne par ailleurs France 24.

Des investigations lourdes de conséquence

En janvier dernier, les forces françaises de l’opération Barkhane avaient arrêté quatre personnes dans le nord du Mali. Parmi eux, Mimi Ould Baba Ould Cheikh, l’un des organisateurs présumés de l’attaque. Une information alors confirmée par une source de la sécurité malienne :

“Il est allé un moment en Algérie, puis est revenu à Gao, avant de prendre ses quartiers à Gossi. C’est lui qui a mobilisé les hommes, les moyens, le plan pour attaquer Grand-Bassam.”

Mais les investigations avaient également trouvé une tournure inattendue en août 2016 avec le médiatique procès à Abidjan des sergents Zanga Zoumana Coulibaly et Brice Touré, accusés d’avoir entretenu une proximité avec l’un des instigateurs de la tuerie de la station balnéaire.

Source : France 24

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...