Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Accords de paix au Mali : les contours de la répartition se dessinent

C’est à Bamako que se sont réunis vendredi 10 février tous les chefs politico-militaires afin de sauver l’accord de paix d’Alger.

 « La réunion d’aujourd’hui a permis enfin d’arriver à un accord sur la répartition des régions. La CMA obtient Tombouctou. La Plateforme emporte Gao. La présidence des trois autres régions n’est pas encore choisie, ce sera des discussions à venir », a déclaré Bilal Ag Cherif,  l’un des présidents de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Une avancée, donc, qui devait permettre d’identifier des solutions pérennes quand à la répartition des territoires et le déploiement des autorités intérimaires ainsi que la mise en place de patrouilles mixtes. En fonction des noms proposés pour la présidence des autorités intérimaires des trois autres régions que sont Kidal, Taoudénie et Menaka, le retour à l’apaisement ou la renaissance de la fonde sont à observer. C’est le gouvernement qui aura la responsabilité de la proposition des trois noms. De l’avis de tous, même si des dissensions persistent, il faut se féliciter de l’ouverture au dialogue. Ainsi, Harouna Toureh, du groupe pro-gouvernemental de la Plateforme, « Les discussions d’aujourd’hui ont été très fructueuses. Elles ont permis d’aborder des questions qui étaient difficiles à l’origine et qui portaient sur essentiellement l’absence de communication, l’absence de dialogue. Maintenant, nous avons l’occasion de nous retrouver ensemble entre parties maliennes à travers un cadre permanent », déclare-t-il.

Le calendrier prévoit que ces nouvelles dispositions seront mises en place de manière progressive la semaine prochaine. Les autorités intérimaires dans la semaine du 13 au 20 février et les patrouilles mixtes à partir de la fin février à Gao, Kidal et Tombouctou.

Les observateurs internationaux sont perplexes, trouvant les démarches et agenda ambitieux, trop peut-être alors que les sujets de discordes au sein de la Coordination des mouvements de l’Azawad n’ont pas été résolus.

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...