Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : remous après l’interdiction des prières de rue

Comme souvent lorsque les mosquées manquent de capacité d’accueil, les fidèles musulmans prient dans la rue et ce n’est pas sans incidence.

Depuis le 31 décembre 2016, les autorités béninoises ont interdit les petits commerces et restaurants de rue qui encombrent les artères des villes béninoises. Cette décision concerne également les manifestations religieuses dans la rue, posant problèmes aux musulmans qui, faute de place dans les mosquées de Cotonou, prient dans les rues de la ville. Et le vendredi, jour de la grande prière, Cotonou voit rues et artères principales de la ville, devenir un gigantesque embouteillage. En cause, les rues bloquées par les fidèles.

Les réactions à la prise de parole du ministre de la justice, Joseph Djogbénou, ne se sont pas fait attendre. Celui en effet, exposant la nouvelle politique de la ville du gouvernement dans un souci d’embellissement et assainissement de celle-ci, a déclaré «  Le gouvernement considère que nos rues ne peuvent plus être exposées à l’expression de la foi, quelles que soient les religions.”

Le député Issa Salifou, en colère a répliqué « Il faut aller dire au préfet Toboula [qui a conduit l’opération] que les gens ont commencé à faire la prière ici à Cotonou avant sa naissance et avant même la naissance de son père. L’opinion publique à la suite, se saisit de la polémique.

Les instances religieuses ont demandé à être reçues, afin de renouer le dialogue, trouver une solution.

Le président de la République a ainsi accueilli le 5 février, une cinquantaine de chefs religieux musulmans. Ceux-ci souhaitaient une dérogation. Patrice Talon est resté sur ses positions, arguant que l’objectif est de rendre la ville plus attractive et non de discriminer les fidèles musulmans. « Si nous faisons des prières de rue un acquis, nous n’aurons pas fait du bien à l’islam », juge ainsi le chef de l’Etat. Il a néanmoins promis des mesures d’accompagnement qui devraient aboutir à la construction de nouvelles mosquées ou à l’agrandissement de celles déjà existantes.

Les responsables religieux se disent satisfaits des échanges et appellent les fidèles au calme pendant que le ministre de l’intérieur, Sacca Lafia, dans un souci d’apaisement, fait savoir que les prières seront tolérées dans les prochaines semaines.

Source : Le Monde Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Dans un message vidéo diffusé sur Internet, samedi 19 septembre 2020, le président du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), Charles Blé Goudé, s’est exprimé sur la situation politique en Côte d’ivoire.  L’ex-Codétenu de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale, qui demande au président...
Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter