Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Guinée veut devenir membre de l’OPEP

Petit pays et grand producteur de pétrole la Guinée fait acte de candidature pour devenir le 14ème membre de l’OPEP et entreprend un vaste plan de déploiement autour de sa richesse première.

 Le ministère des Mines et hydrocarbures du pays vient d’annoncer le souhait de son pays de rejoindre l’Organisation en 2017. Le ministre en charge du département, Gabriel Mbaga Obiang, a rencontré des responsables de l’OPEP à Vienne le 20 janvier. « Depuis des décennies, la Guinée équatoriale enregistre d’excellents résultats et s’est forgée une réputation de fournisseur de pétrole fiable, auprès de clients des quatre coins du monde. Nous sommes convaincus que les intérêts de la Guinée équatoriale sont en totale adéquation avec ceux de l’OPEP, visant à servir les meilleurs intérêts du secteur, de l’Afrique et de l’économie mondiale », a précisé Gabriel Mbaga Obiang.

Preuve de l’ambition du pays en matière de stratégie de positionnement sur le marché du pétrole, la Guinée a accepté en décembre de rejoindre 10 autres pays non membres de l’OPEP afin de réduire la production totale de pétrole de 558 000 barils par jour en 2017. La participation de  la Guinée est à hauteur de 12.000 barils par jour. La Guinée Equatoriale est l’un des pays non-membres de l’organisation qui a souscrit à l’option de la réduction de la production de pétrole choisie par l’OPEP pour faire remonter les prix du baril, suite à la crise que connaît le secteur.

La Guinée est le troisième plus grand producteur de pétrole et de gaz en Afrique subsaharienne. Le pays exporte annuellement pour 10,6 millions de dollars de pétrole et de gaz, représentant 95 % des exportations totales du pays. Le pays à ce jour, a découvert 114 puits de pétrole et de gaz avec un taux de réussite de forage de 42 %. De même le pays veut investir dans toute la chaîne d’approvisionnement en énergie, grâce à des projets phares tels que le Bioko Oil Terminal, un terminal qui devrait avoir une capacité de stockage totale de 1,2 million de mètres cubes pour le pétrole raffiné et le brut dans ses deux premières phases, ou encore le projet Fortuna de gaz naturel liquéfié, entre autres.

Source : La Tribune Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Nigeria veut contraindre les sociétés pétrolières et gazières à régler les impayés cumulés sur plusieurs décennies. Cette démarche marque la volonté du gouvernement d’accélérer les réformes visant à augmenter les recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures. Et ceci afin de financement le programme national de développement. Le Nigéria réclame...
C’est en 2019 que le mandat des conseillers départementaux et municipaux élus en 2014 prend fin. Cependant le gouvernement sénégalais a décidé de allonger la durée de leur mission pour une année supplémentaire. Ce report est le fruit d’un consensus de la classe politique alors que les modalités d’organisation et...
Le nouveau prix d’achat du cacao bord champ pour la campagne 2019-2020 est en hausse par rapport à la précédente campagne. Il est de 825 FCFA contre 750 FCFA précédemment. Soit une hausse de 75 FCFA. Toute chose qui devrait réjouir les producteurs, mais au contraire ces derniers ont le...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter