Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir

Sortie de crise pour la Gambie sous tension depuis le 9 décembre, suite à l’échec du Président sortant à l’élection présidentielle et au refus de celui-ci de quitter le pouvoir.

Alors que l’éventualité d’une intervention militaire ouest-africaine décidée par la Communauté des Etats d’Afrique de l’ouest ( Cédéao) se faisait plus précise ; Yahya Jammeh a annoncé samedi 21 janvier à la télévision qu’il allait quitter le pouvoir.

« J’ai décidé aujourd’hui en conscience de quitter la direction de cette grande nation, avec une infinie gratitude envers tous les Gambiens », a déclaré M. Jammeh. « Ma décision d’aujourd’hui n’a pas été dictée par quoi que ce soit d’autre que l’intérêt suprême du peuple gambien et de notre cher pays », a expliqué l’ex-homme fort de Gambie, à la télévision.

« Apparemment, les choses sont quasiment réglées. (…) Les tractations tournent autour d’un point de chute pour son exil et des conditions qui doivent l’accompagner », a confié à l’Agence France-presse une source mauritanienne. « Il faut trouver un pays suffisamment loin de la Gambie pour empêcher Yahya Jammeh d’interférer dans le processus démocratique en cours », a ajouté une source guinéenne. C’est à l’issue de la médiation de dernière chance qu’un accord a été trouvé. La médiation était menée à Banjul par les présidents guinéen Alpha Condé et mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.

Il semblerait que la pression diplomatique et la désaffection de l’armée gambienne, ont eu raison de l’entêtement de celui qui menait la Gambie d’une main de fer depuis 1994. Le chef d’état-major de l’armée, le général Ousman Badjie a fait allégeance au président Barrow, de même que le chef de la police,  Yankuba Sonko, et celui des douanes, Momat Cham.

Il s’agit dorénavant de mener des discussions afin d’identifier un pays d’accueil pour l’exil de Yahya Jammeh. Des pays volontaires ont offert d’accueillir l’ex-président gambien. On cite la Guinée, le Maroc mais également, la Mauritanie, le Qatar et la Guinée-Equatoriale.

Sources : Le Monde Afrique, Jeune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...