Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : arrestation d’un organisateur présumé de l’attentat de Grand-Bassam

Les forces françaises de l’opération Barkhane on arrêté quatre personnes dans le nord du Mali. Parmi eux, est identifié l’un des présumés responsables de l’organisation de l’attaque de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire en mars 2016.

« Les militaires français ont arrêté mercredi le cerveau de l’attaque de la localité de Grand-Bassam », a annoncé jeudi 12 janvier une source de sécurité malienne. L’arrestation a eu lieu dans la localité de Gossi, à l’ouest de Gao, principale ville du nord du Mali. Rappelons que le 13 mars 2016, des assaillants lourdement armés avaient attaqué plusieurs hôtels de la plage très fréquentée de Grand-Bassam,  station balnéaire à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Abidjan. Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) avait revendiqué l’attaque où 19 personnes avaient trouvé la mort.

Une source de sécurité malienne a identifié le suspect comme « Mimi Ould Baba Ould Cheikh, un jeune connu dans le nord du Mali ». Selon cette source, Ould Baba était suivi « depuis quelques mois » : « Il est allé un moment en Algérie. Il est revenu à Gao, avant de prendre ses quartiers à Gossi. C’est lui qui a mobilisé les hommes, les moyens, le plan pour attaquer Grand-Bassam (…). Les militaires français sont en train de l’interroger. Nous attendons de le récupérer».

L’armée française a confirmé l’arrestation d’un suspect tout en précisant qu’elle avait eu lieu lundi, et en restant discret mesuré sur le caractère d’importance que revêt l’arrestation de Mimi Ould Baba Ould Cheikh. Le colonel Patrik Steiger, porte-parole de l’état-major des armées françaises, s’est ainsi exprimé : « Je vous confirme la capture de quatre individus dans la région de Gossi lundi dernier, dont l’un pourrait être lié aux attentats de Grand-Bassam. Les quatre personnes seront remises aux autorités maliennes. » Interrogé sur le rôle précis du suspect dans l’attentat, il a ajouté que « la nature exacte du lien reste à confirmer ». Cependant l’homme présenté comme l’éventuel principal cerveau de l’attentat, identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, est toujours recherché.

Se dessine néanmoins les contours de l’organisation de l’opération menée par AQMI en mars 2016. Le ministère de l’intérieur ivoirien a précisé dans un communiqué que les investigations avaient « permis d’établir l’organigramme du groupe terroriste qui a planifié et perpétré l’attentat ».

Le ministère confirme le rôle majeur de Ould Baba Ould Cheikh. « Ould Baba (…) apparaît dans la hiérarchie supérieure de ce groupe comme l’un des cerveaux impliqués à un très haut niveau. Ould Baba aurait reconnu avoir supervisé l’attaque, organisé le transport des exécutants, le transport des armes du Mali vers la Côte d’Ivoire et la mise en route des véhicules des présumés djihadistes.

Sources : RFI, Le Monde Afrique

 

 

 

 

Un texte sera présenté sous peu au Parlement afin d’abolir la peine de mort. La peine capitale était à ce jour, maintenue dans l’arsenal juridique malgré un moratoire de fait sur les exécutions, a déclaré Umaru Napoleon Koroma le vice-ministre de la justice. En Sierra Leone, la Constitution de 1991...
Alors que le continent Africain se comporte mieux que l’Europe, l’Asie, et l’Amérique avec moins de 5 millions de cas déclarés, les campagnes de vaccination sont délaissées par les populations qui montre un certain scepticisme. L’Afrique s’apprête à rendre ses doses de vaccins alors même que la pénurie en la matière...
Alassane Ouattara a fait savoir au FMI le 10 mai, qu’une plus grande représentativité des pays africains au sein de l’institution est souhaitable. Lundi 10 mai, le chef de l’État ivoirien a appelé de ses vœux que les pays africains soient mieux représentés au FMI, rappelant que « quarante-six pays d’Afrique...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...