Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : arrestation d’un organisateur présumé de l’attentat de Grand-Bassam

Les forces françaises de l’opération Barkhane on arrêté quatre personnes dans le nord du Mali. Parmi eux, est identifié l’un des présumés responsables de l’organisation de l’attaque de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire en mars 2016.

« Les militaires français ont arrêté mercredi le cerveau de l’attaque de la localité de Grand-Bassam », a annoncé jeudi 12 janvier une source de sécurité malienne. L’arrestation a eu lieu dans la localité de Gossi, à l’ouest de Gao, principale ville du nord du Mali. Rappelons que le 13 mars 2016, des assaillants lourdement armés avaient attaqué plusieurs hôtels de la plage très fréquentée de Grand-Bassam,  station balnéaire à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Abidjan. Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) avait revendiqué l’attaque où 19 personnes avaient trouvé la mort.

Une source de sécurité malienne a identifié le suspect comme « Mimi Ould Baba Ould Cheikh, un jeune connu dans le nord du Mali ». Selon cette source, Ould Baba était suivi « depuis quelques mois » : « Il est allé un moment en Algérie. Il est revenu à Gao, avant de prendre ses quartiers à Gossi. C’est lui qui a mobilisé les hommes, les moyens, le plan pour attaquer Grand-Bassam (…). Les militaires français sont en train de l’interroger. Nous attendons de le récupérer».

L’armée française a confirmé l’arrestation d’un suspect tout en précisant qu’elle avait eu lieu lundi, et en restant discret mesuré sur le caractère d’importance que revêt l’arrestation de Mimi Ould Baba Ould Cheikh. Le colonel Patrik Steiger, porte-parole de l’état-major des armées françaises, s’est ainsi exprimé : « Je vous confirme la capture de quatre individus dans la région de Gossi lundi dernier, dont l’un pourrait être lié aux attentats de Grand-Bassam. Les quatre personnes seront remises aux autorités maliennes. » Interrogé sur le rôle précis du suspect dans l’attentat, il a ajouté que « la nature exacte du lien reste à confirmer ». Cependant l’homme présenté comme l’éventuel principal cerveau de l’attentat, identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, est toujours recherché.

Se dessine néanmoins les contours de l’organisation de l’opération menée par AQMI en mars 2016. Le ministère de l’intérieur ivoirien a précisé dans un communiqué que les investigations avaient « permis d’établir l’organigramme du groupe terroriste qui a planifié et perpétré l’attentat ».

Le ministère confirme le rôle majeur de Ould Baba Ould Cheikh. « Ould Baba (…) apparaît dans la hiérarchie supérieure de ce groupe comme l’un des cerveaux impliqués à un très haut niveau. Ould Baba aurait reconnu avoir supervisé l’attaque, organisé le transport des exécutants, le transport des armes du Mali vers la Côte d’Ivoire et la mise en route des véhicules des présumés djihadistes.

Sources : RFI, Le Monde Afrique

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter