Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : résultat des élections législatives dans 5 jours

Après avoir été consultés il y a peu sur la nouvelle Constitution, plus de six millions d’Ivoiriens étaient à nouveau appelés à voter pour choisir parmi les 1 337 candidats, les 255 représentants à l’Assemblée nationale.

Alors que les tensions étaient vives au sein des partis, le scrutin s’est quand à lui, déroulé calmement dans tout le pays. Les dépouillements sont faits. La commission électorale doit dorénavant proclamer les résultats attendus dans 5 jours. On attend également le taux de participation qui selon toute vraisemblance serait faible, notamment dans les grandes villes comme Abidjan et Bouaké. A Abidjan, les taux de participation à la mi-journée sur certains bureaux étaient seulement de 6 à 15%, (à Port-Bouët ou à Bengerville). A Cocody, au centre scolaire de Riviera, les huit bureaux de vote ne sont parvenus à plus de 25% de participation à la fermeture.

Le taux serait plus significatif dans les autres grandes villes du pays. Ces taux pourraient même être plus importants que lors du récent référendum constitutionnel en octobre dernier. Les villes de Séguéla, d’Adzopé, de Korhogo, de San-Pédro ont voté en nombre pour ce nouveau scrutin. Scrutin à tour unique rappelons-le.

Une faible participation au globale que déplore les observateurs et certains citoyens ivoiriens tel Bruno Kouadio Kouadio, habitant de Bouaké : « Les députés contribuent au développement de la nation. Ils votent chaque fois des lois qui aident le pays à progresser. Donc il est bon et nécessaire pour les citoyens de voter pour leurs députés. » Les scrutateurs des différents partis politiques, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) pour la majorité, le Front populaire ivoirien (FPI) pour l’opposition ou indépendant, sont dorénavant à l’œuvre pour compter, dépouiller, vérifier et additionner les bulletins…

A ce stade que peut-on observer ? La coalition présidentielle vise la majorité absolue même si elle fait face à de nombreuses candidatures dissidentes et à une opposition. Ce scrutin est le premier de la IIIe République ivoirienne, après l’adoption d’une nouvelle Constitution en octobre à l’initiative du président Ouattara, réélu un an auparavant pour un deuxième et dernier mandat. La coalition doit néanmoins faire face à des « frondeurs » dans son propre camp. Les dissidents participent au scrutin sous l’étiquette d’indépendants.

« Donnez-moi une forte majorité pour me permettre d’accélérer les travaux que j’ai comme objectifs pour les quatre années à venir », avait lancé avant l’élection le président Ouattara, qui met en avant son bilan économique pour convaincre les électeurs

Le caractère de certains candidats, l’ancrage local et le capital sympathie qu’inspirent « des frondeurs », pourraient éventuellement modifier le visage de l’Assemblée nationale. Bien plus que l’opposition du FPI de Pascal Affi Nguessan, ce sont les candidats indépendants qui auront fait tressaillir pendant la campagne, le binôme RDR PDCI regroupé sous l’entité RHDP.

L’heure de vérité a sonné pour le parti de Laurent Gbagbo qui cherche à se relancer sur l’échiquier politique ivoirien. Le parti est représenté par Pascal Affi Nguessan et ses 187 candidats.

Le président Ouattara disposait jusqu’ici d’une majorité écrasante à l’Assemblée, l’opposition ayant boycotté les législatives de 2011. La configuration actuelle est certes différente, « ADO » n’en attend pas moins un succès emblématique.

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Emmanuel Macron a dénoncé l’étendue de l’entente entre la Russie et certains pays d’ Afrique. Il s’est opposé au groupe d’action paramilitaire russe Wagner au Mali et en Centrafrique. En marge du Sommet de la francophonie qui s’est tenu à Djerba en Tunisie les 19 et 20 novembre 2022, le...
L’ambassade de France au Burkina Faso a expressément demandé aux autorités locales de renforcer sa protection après les violentes manifestations qui l’ont ciblée à Ouagadougou. Dans une lettre adressée au ministère des affaires étrangères du Burkina Faso, l’ambassade de France a demandé aux autorités locales de renforcer la sécurité des...
Lundi 21 novembre 2022, la junte malienne a annoncé l’interdiction des activités de toutes les ONG financées ou soutenues par la France, et notamment dans le domaine humanitaire. Abdoulaye Maïga, le premier ministre par intérim malien, a déclaré dans un communiqué diffus sur les réseaux sociaux, l’interdiction des Organisations non...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...