Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : attaque djihadiste visant des militaires à la frontière malienne

Au moins onze militaires burkinabés ont été tués vendredi 16 décembre dans une attaque djihadiste contre un détachement de l’armée basé à Nassoumbou, dans le nord du pays, a annoncé le haut-commissaire de la province du Soum, Mohamed Dah.

C’est au nord du Burkina Faso, à Nassoumbou (à une trentaine de kilomètres de la frontière malienne) que des djihadistes ont attaqué un détachement des forces anti terroristes. Le détachement victime de l’attaque fait partie du Groupement des forces armées antiterroristes (GFAT), un bataillon de plus de 600 hommes déployés à la fin de janvier 2013, quelques semaines après le début de l’opération Serval lancée par la France contre les forces djihadistes dans le nord du Mali. Cette opération qui s’est achevée en juillet 2014 a été remplacée par l’opération Barkhane chargée de la lutte antiterroriste dans le Sahel.

« Nous avons un très mauvais bilan. Nous avons perdu onze de nos hommes dans l’attaque de ce matin à Nassoumbou », qui constitue « la plus grosse attaque djihadiste jamais perpétrée » contre l’armée  burkinabée, a déclaré à l’Agence France-Presse annoncé Mohamed Dah. Selon une source sécuritaire, les onze tués sont dix militaires et un gendarme. L’agence de presse Associated Press rapporte que les autorités évoquent au moins 12 soldats morts.

« Ils sont arrivés à une quarantaine de personnes à bord de véhicules pick-up et de nombreuses motos. Ils étaient lourdement armés avec des fusils kalachnikov et des lance-roquettes. Ils ont tiré sur les hangars, les tentes et calciné certains véhicules », a déclaré M. Dah.

En l’attente d’un bilan définitif, alors que deux militaires sont encore injoignables, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré a annulé son voyage à Abuja où doit se tenir un sommet de la Cédéao sur la Gambie. Le président et le ministre de la Sécurité intérieure se sont déplacés à Nassoumbou pour constater les dégâts et apporter leur soutien aux soldats encore sur le terrain.

Roch Marc Christian Kaboré a condamné avec fermeté une attaque « ignoble ». « Cette attaque démontre que la lutte contre le terrorisme sera sans répit et met aussi en exergue les nécessaires décisions qu’il nous faut prendre pour donner confiance et vitalité à nos armées. »

Sources : RFI, Le Monde

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...