Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : “En 2017, près d’un demi-million d’enfants pourraient être frappés par la famine”

Le fonds des Nations-unies pour l’enfance dresse un portrait sans concession de la situation humanitaire au nord-est du Nigeria. L’organisme, chapeauté par l’UNICEF, estime “qu’en 2017 près d’un demi-million d’enfants pourraient être frappés par la famine.” Et cela, en raison de l’insurrection toujours aussi prégnante de Boko Haram.

Mais ce n’est pas tout, selon Anthony Lake, le président-directeur-général du fonds : “Près de 80 000 mourront s’ils ne reçoivent pas d’aide.”

Ce dernier rappelle dans la foulée que si 500 000 enfants sont menacés, ils ne représentent “qu’une toute petite fraction de la souffrance endurée par les 2,6 millions de réfugiés dans cette région”, directement impactée par le djihadisme. Pour information, Boko Haram a engendré 20 000 victimes depuis 2009.

Mais pour endiguer ce fléau, un investissement social et pécuniaire international reste la seule solution viable. C’est ce qu’affirme le coordonnateur humanitaire régional de l’ONU pour le Sahel, Toby Lanzer :

“J’ai travaillé dans de nombreux endroits comme la Centrafrique, le Darfour ou encore le Soudan du Sud, mais la situation des populations vivant dans les zones très rurales de l’Etat du Borno figurent parmi les pires que j’ai eu à connaître”, martèle-t-il auprès du Parisien.

Avant de cibler notamment les villes de Bama, de Dikwa et de Monguno dont les besoins se font plus que pressants :  “Il y a une urgence extrême, 220 millions de dollars sont nécessaires pour maintenir les gens en vie. La situation (sur place) est atroce (…) Des dizaines de personnes meurent chaque jour de malnutrition.”

Du côté de l’exécutif nigérian, la communication tourne pourtant autour de l’apaisement médiatique. A l’image du président Buhari qui n’a pas hésité à renvoyer la balle aux ONG qu’il accuse d’exagérer la crise dans le but de percevoir plus de dons.

Pour autant, ce dernier n’ignore pas le désastre qui menace son pays. En septembre dernier, Il était d’ailleurs monté au créneau pour demander l’aide du Conseil de sécurité de l’ONU.

Sources : Le Monde et Le Parisien

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter