Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : une « école des mamans » pour lutter contre la pneumonie infantile

L’ONG, « Association Graine d’Ivoire et Santé » (AGIS) est à l’œuvre pour enrayer la surmortalité chez les nourrissons pour cause de pneumonie. Au programme : prévention et massages.

 En côte d’Ivoire, les infections respiratoires sont “la deuxième cause d’hospitalisation dans les services pédiatriques. Après le paludisme, c’est la deuxième cause de mortalité” chez les enfants de 0 à 5 ans, explique le Dr Max Valère Itchi.

Dans les campagnes ivoiriennes, les décès sont nombreux et les causes très aisément identifiables : manque de moyens financiers et absence de plateaux techniques. Alors même que les thérapeutiques de soins et de prévention sont simples. C’est pour palier ces déficiences que l’AGIS a mis en place une politique de prévention et de thérapeutiques.

C’est en 2010 que Aboubakar Sylla, un kinésithérapeute, fonde l’ONG AGIS (Association Graine d’Ivoire et Santé) chargée de lutter contre la pneumonie, financée par des fonds privés et du mécénat d’entreprises notamment. Ses membres bénévoles se rendent dans les quartiers défavorisés ou dans les villes de l’intérieur du pays pour des consultations et des séances de kinésithérapie respiratoire. Les trois actions de l’AGIS sont ; séances de kinésithérapie respiratoire, consultations médicales et « une école des mamans ».

“Ne mets pas l’enfant au dos pour balayer la maison ou pour allumer le feu sinon la poussière et la fumée vont toujours l’enrhumer”, indique Aboubakar Sylla aux mamans qu’ils rencontrent. Parce qu’en terme de prévention, il existe des gestes et habitudes très simples à mettre en place. “On apprend aussi aux mères à faire elles-mêmes le massage”, précise le président de l’AGIS, qui emmène avec lui plusieurs médecins lors de ses campagnes au sein des différentes régions.

Aboubakar Sylla prévient néanmoins que la première chose à faire en cas de suspicion de pneumonie est de consulter un médecin. “Il faut voir son médecin: le traitement principal, c’est les médicaments. La kiné amène un complément. Les études ont montré que lorsqu’on associe la kiné au traitement médicamenteux, on accélère la récupération et on apporte un confort respiratoire à l’enfant” précise t-il.

L’AGIS milite pour une véritable politique de lutte contre la pneumonie chez les enfants. Selon son fondateur, “il n’y a pas assez de fonds attribués à la lutte contre la pneumonie”.

Dans le monde, ces infections ont provoqué plus de 900.000 décès d’enfants de moins de 5 ans en 2015, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En Côte d’Ivoire, le taux d’incidence des Infections Respiratoires Aigües (IRA) est en hausse, avec plus de 202 cas sur 1000 enfants en 2015 contre 165 cas sur 1000 en 2014, selon les chiffres du Rapport Annuel de la Situation Sanitaire (RASS) de 2014 et 2015.

Source : Le Parisien 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis la découverte du premier cas de Coronavirus 2019 (COVID-19) le 11 mars 2020, le président Alassane Ouattara s’est adressé solennellement et pour la première fois à ses concitoyens, lundi 23 mars 2020 à la Radio-télévision ivoirienne (RTI). À cette date, la Côte d’Ivoire avait enregistré officiellement 25 cas de...
Le 5 mars dernier, à Yamoussoukro, le président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara a annoncé, devant les parlementaires réunis en Congrès, qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle de 2020. Ce tournant historique dans l’histoire de la Côte d’Ivoire a été motivé par une volonté de « transférer le...
Après le premier cas de Coronavirus 2019 (COVID-19) survenu le 11 mars 2020, le pays a enregistré trois autres cas le 14 mars 2020 et 2 nouveaux cas positifs le 16 mars 2020, portant le nombre total à six cas confirmés. Appuyée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter