Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina-Faso : un plan de 15400 milliards de francs CFA pour lutter contre la pauvreté

Le Premier ministre Burkinabè, Paul Kaba Thiéba, a annoncé que Ouagadougou souhaitait lancer une véritable lutte contre la pauvreté concrétisée par un plan national de développement économique et social (PNDES). Ce dernier, calqué sur le mandat de l’actuel président de la République, Roch Marc Christian Kaboré, est estimé à 15 400 milliards de francs CFA.

Classé 183e sur 188 à l’Indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Burkina-Faso doit à présent franchir un cap, martèle PK.Thiéba qui indique parallèlement que le pays “souffre d’un déficit de productivité et de compétitivité” :

Nous avons réussi l’insurrection populaire (qui a mis fin en 2014 à 27 ans de règne du président Blaise Compaoré). Nous avons résisté victorieusement à la tentative de coup d’État (menée par l’ex-garde prétorienne du président Compaoré en septembre 2015). Il reste une insurrection à gagner, c’est l’insurrection contre la pauvreté.”

Concrètement, poursuit-il “l’ambition est de la faire reculer à moins de 35% d’ici à l’horizon 2020 (contre 40% actuellement) et de créer 50 000 emplois par an.” De ce fait , sur les 15 400 milliards de francs CFA espérés,64% du PNDES sera financé par des ressources propres.”

En ce qui concerne le reste de la somme, tout va se jouer les 7 et 8 décembre prochains à Paris lors d’une conférence sur le financement du PNDES réunissant les bailleurs de fonds à laquelle assistera le président Kaboré ainsi qu’une importante délégation burkinabè, confirme le Premier ministre :

Nous n’allons pas à Paris pour demander des chèques, mais pour nouer un partenariat avec les amis du Burkina Faso. Nous allons à Paris avec une liste de projets structurants. Le gouvernement va aussi faire des réformes structurelles sur tous les secteurs de l’économie: élevage, agriculture, transports, énergie, éducation… Si vous prenez des chèques (…) et les réformes structurelles ne sont pas faites pour permettre de fructifier ces investissements, ça ne sert à rien”, souligne-t-il avec pragmatisme.

Avant de cibler les secteurs clés de l’embellie promise : “Nous avons par exemple d’énormes potentialités dans l’agriculture et l’élevage qui occupent 80% de la population active, pourtant ceux-ci ne pèsent que 30% du PIB. Quoi qu’il en soit, il y a des terres riches partout au Burkina Faso qui ne sont pas ou sont sous-exploitées… Les techniques de production que nous utilisons donnent de faibles rendements.”

Paul Kaba Thiéba admet dans la foulée que le déficit énergétique, les transports, la formation et la démographie devront également faire l’objet d’une intention toute particulière.

Source : L’Express

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abou Musab Al-Barnaoui, le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab Al-Barnaoui, est mort ; selon l’annonce de l’armée nigériane. Abou Musab Al-Barnaoui le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, était à la tête de la Province ouest-africaine de l’EI, groupe djihadiste né en 2016...
En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga.  Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit...
Emmanuel Macron veut un véritable changement dans les rapports entre la France et les pays africains qu’elle a colonisés. Mais le paternalisme français perdure et en dépit de sa bonne volonté affichée, la « rupture du cordon ombilical », de plus en plus réclamée sur le continent africain, tarde à se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...