Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Kofi Annan : « Il faut aider la CPI à s’améliorer, pas la quitter »

Dans une tribune publiée par Jeune Afrique, l’ex-secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, milite pour une refonte de la Cour pénale internationale (CPI) que la Gambie ou encore le Burundi ont quitté récemment. Il combat également l’idée que l’Afrique reste hostile à une telle instance.

“Il convient d’insister sur le fait que les peuples d’Afrique, et tout particulièrement les victimes de crimes de guerre, de génocides et de crimes contre l’humanité, soutiennent la CPI, tout comme la plupart des gouvernements démocratiques africains. Quant à moi, je soutiens la CPI parce que les crimes les plus odieux ne doivent pas rester impunis.”

Ce dernier tend également à combattre l’idée que la CPI se rendrait coupable d’ingérence en supplantant les juridictions nationales dans leurs prérogatives et appelle donc à une coopération efficiente en la matière :

“Huit des neuf enquêtes qui concernent le continent ont été demandées par les États africains eux-mêmes”, assure-t-il.

Néanmoins, s’il reconnaît que “la qualité des enquêtes de la Cour, la durée de ses procédures et sa capacité à protéger ses témoins ont parfois été remises en question”, K.Annan affirme que seul le dialogue pourra régler les désaccords latents entre le continent et la CPI.

Son argumentaire se base pour cela sur de nombreux exemples historiques de tribunaux internationaux ayant porté leurs fruits.

Pour rappel, la CPI est une juridiction permanente, destinée à punir les crimes les plus graves contre le droit humanitaire international, lorsque les criminels ne peuvent être jugés dans leur pays. Toutefois, chaque Etat est libre d’y adhérer ou non (les USA n’en font pas partie par exemple).

Retrouvez Kofi Annan sur Jeune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter