Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : 1337 candidats défendront leurs chances lors des législatives

Les élections législatives ivoiriennes, actées au 18 décembre prochain, verront 1337 candidats se disputer 255 sièges de députés au total. Cette recrudescence de postulants par rapport à l’échéance de 2011 s’explique notamment par la fin du boycott proclamée par une partie de l’opposition, à savoir le Front populaire ivoirien de Pascal Affi N’Guessan.

Le FPI présentera ainsi 148 candidats. Ce n’est pas une surprise puisque son vice-président, Augustin Kouadio Komoé, avait récemment confirmé que les législatives devaient amorcer “la reconquête du pouvoir” de la formation. Ce dernier assurait également qu’une opération séduction envers les frondeurs de 2011 avait été lancée en ce sens.

Du côté des dissidents menés par Aboudramane Sangaré (“Gbagbo ou rien), la Commission électorale indépendante n’a officialisé que deux candidatures. Il s’agit de Félix Diéty à Danané (Ouest) et de Jean Luc Ouallo à Tabou (Sud-Ouest).

Quant à la coalition présidentielle du RHDP, celle-ci a réuni 199 postulants dont le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, qui briguera la circonscription du Grand-Bassam (sa région natale).

A noter que les ministres Patrick Achi, Kobena Kouassi Adjoumani, Rémi Allah Kouadio et Paul Koffi Koffi (députés sortants), ont été respectivement reconduits dans les circonscriptions No 141 (Adzopé commune), No 81 (Amanvi, Diamba, Tanda communes et sous-préfectures), No 21 (Toumodi commune) et N0 60 (Bouaké ville), indique News Abidjan.

Sources : RFI, Koaci, News Abidjan

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...