Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie : les observateurs de l’UE persona non grata pour la présidentielle

L’Union européenne ne pourra pas dépêcher d’observateur lors de l’élection présidentielle gambienne prévue le 1er décembre prochain. Les perspectives de fraude sont donc probables pour un scrutin opposant le président sortant, Yahya Jammeh (qui brigue un cinquième mandat), à l’homme d’affaires, Adama Barrow, soutenu par huit partis d’opposition.

“Nous avons été informés par le ministère des Affaires étrangères de la Gambie que la mission n’a pas été acceptée”, a annoncé laconiquement la délégation de l’UE.

Une information quelque peu surprenante alors que le chef de l’exécutif gambien avait indiqué à plusieurs reprises que “tous les observateurs étaient les bienvenus pour examiner la crédibilité du processus électoral.”

Pour se dédouaner, la commission électorale indépendante (CEI) a simplement soutenu que l’échéance serait tout de même scrutée de près par des émissaires de l’Union africaine accrédités et déployés sur l’ensemble du territoire. Cette même instance avait pourtant toléré la présence de la délégation du Vieux continent lors de la précédente présidentielle de 2011, preuve qu’il y a de la frilosité dans l’air.

L’opposition s’est quant à elle unie derrière Adama Barrow connu pour avoir fait fortune dans l’immobilier. Ce dernier présente également la particularité d’occuper le poste de trésorier au sein du Parti pour l’unité démocratique (UDP), l’une des huit formations le soutenant.

Il abandonnera donc ses prérogatives afin de pouvoir concourir pour la fonction suprême. En cas de victoire, il prendra la tête d’un gouvernement de transition durant trois ans avant que de nouvelles élections libres soient organisées (auxquelles il ne pourra pas participer).

Sources : La Tribune et Le Monde

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abou Musab Al-Barnaoui, le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab Al-Barnaoui, est mort ; selon l’annonce de l’armée nigériane. Abou Musab Al-Barnaoui le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, était à la tête de la Province ouest-africaine de l’EI, groupe djihadiste né en 2016...
En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga.  Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit...
Emmanuel Macron veut un véritable changement dans les rapports entre la France et les pays africains qu’elle a colonisés. Mais le paternalisme français perdure et en dépit de sa bonne volonté affichée, la « rupture du cordon ombilical », de plus en plus réclamée sur le continent africain, tarde à se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...