Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : le point sur les législatives

Après la victoire probante du Oui au referendum pour la nouvelle Constitution le 30 octobre dernier, les Ivoiriens devront élire leurs députés le dimanche 18 décembre.

255 mandats seront à pourvoir lors de cette échéance qui se déroulera en un seul et unique tour de scrutin (application de la majorité relative). Les candidats disposeront pour cela d’une semaine pour convaincre 6,4 millions d’électeurs puisque la campagne des législatives a été actée dans la période allant du 10 au 16 décembre prochains.

Au niveau des forces en présence,  la coalition présidentielle a officialisé son intention de présenter des listes communes sous l’égide du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Le RDR du chef de l’exécutif, Alassane Ouattara et le PDCI d’Henri Konan Bédié souhaitent donc parfaire une relation de plus en plus efficiente comme l’indique, Amadou Soumahoro, le président du directoire du RHDP :

“Le RHDP s’est transformé en groupement politique et ambitionne demain de se constituer en un grand parti politique unifié. C’est pour conforter cette marche en avant des houphouétistes que nos présidents ont décidé que nous irons aux prochaines élections législatives coudes serrés en RHDP.”

Ce dernier a également précisé que “les directions des partis membres du RHDP allaient se retrouver afin de discuter d’une harmonisation des listes et choisir ainsi les meilleurs pour garantir la victoire.”

Quant à l’opposition, sa stratégie reste encore trouble mais elle devrait bel et bien participer aux législatives après avoir refusé de participer au referendum portant sur le projet de la nouvelle Constitution, confirme le vice-président du FPI, Augustin Kouadio Komoé :

“Notre participation aux législatives est claire : nous n’avons pas d’autres schémas de reconquête du pouvoir”, estime-t-il, avant d’évoquer le cas des frondeurs et le boycott des élections de 2011 : “Nous espérons toujours les convaincre de se présenter sous la bannière du FPI.”

Pour rappel, les candidats ont jusqu’au 17 novembre pour déposer leur candidature auprès de la Commission électorale indépendante.

Source : Jeune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En 2050, 60 % de la population africaine résidera en métropole, contre 39 % aujourd'hui, d'après l'ONU-Habitat. La smart city, ou ville intelligente, est un concept qui apparaît alors comme un des moyens d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Le scénario qui se dessine est le suivant : une croissance de plus...
Le 14 février l'Egypte a confirmé le diagnostic :  un cas de contamination au coronavirus désormais appelé Covid-19 a été identifié et a été immédiatement hospitalisé et mis en quarantaine. Le cas en présence est un « étranger » qui ne présente cependant aucun symptôme grave. Il a pourtant bien été diagnostiqué comme...
Alassane Ouattara a décidé de modifier la Constitution, à moins d’un an des prochaines échéances électorales qui mettent en principe fin à ses deux mandats au pouvoir d’État. Va-t-il se représenter à sa propre succession ou va-t-il passer le flambeau ? Pour l’instant, le président du Rassemblement des Houphouétistes pour...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter