Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : ambitions pour un redéploiement de la filière mangue

La Guinée veut exporter sa mangue (fraîche et transformée), source de revenus encore insuffisamment exploitée.

Les parties-prenantes de la filière  se rencontrent depuis le 2 novembre à Conakry afin d’identifier les différents points d’amélioration qui permettraient à la filière d’accroître sa compétitivité. Producteurs, transformateurs, commerçants, exportateurs sont réunis sous l’impulsion de madame Fanta Cissé, la Secrétaire générale du ministère du Commerce.

Celle-ci est venue souligner l’importance de la filière, présenter plusieurs études sur les forces et faiblesses de la filière, les caractéristiques et opportunités sur les marchés porteurs pour la mangue de Guinée, que sont la sous-région, le Maroc et l’Union Européenne.

Les faits : la Guinée est l’un des grands pays producteurs de mangue de la sous-région Ouest- africaine. Les vergers de manguiers recensés présentent plus de 700 000 arbres. Les exportations selon la secrétaire générale sont insuffisantes : 100 000 tonnes / an en direction du marché européen. Le pays est moins compétitif que ses voisins le Mali, le Sénégal, et la Côte d’Ivoire.

De même, la Guinée est plus fragile que les poids lourds du secteur en ce qui concerne la mangue transformée. Pourtant le potentiel est bien réel. Des ateliers sont donc organisés afin d’identifier les éléments et actions qui feront de la mangue guinéenne un acteur plus performant et plus compétitif sur le marché local et international. Il s’agit d’évaluer, l’offre de la mangue guinéenne, et la demande sur les marchés porteurs de la sous-région et au-delà. «Nous souhaitons qu’à l’issue de l’atelier que non seulement l’étude de compétitivité soit validée mais que surtout le plan d’action de la filière soit également validé et que toutes les parties prenantes – gouvernement, secteur privé et partenaires techniques et financiers  –  puissent intégrer dans les exercices de programmation en cours », a déclaré  Frédérine Derlot, administratrice de programmes fruits et légumes frais à la division Développement des marchés compétitivité des secteurs du Centre du Commerce International (CCI).

La mangue a de l’avenir et notamment la mangue transformée, point de faiblesse majeur de la filière. «Celle-ci devrait procurer des revenus monétaires plus substantiels aux producteurs, transformateurs et exportateurs et forcément donc contribuer à améliorer durablement leurs conditions de vie », a expliqué Frédérine Derlot.

La secrétaire générale du ministère du Commerce souhaite qu’à l’issue de ces ateliers soient actée une feuille de route précisant ; mise à niveau et actions d’accompagnement.

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Après 3 mois d'arrêt en raison de la pandémie Covid-19, l'aéroport de la capitale libérienne (Monrovia-Roberts) va reprendre progressivement son activité. Le premier vol en direction de Bruxelles (Belgique) a d'ailleurs eu lieu lundi 29 juin. Dans les faits, "tous les voyageurs devront justifier d’un test effectué avant leur départ...
Une plateforme intitulée “African Women in Digital Leadership” a vu le jour en début d'année en Afrique du Sud. De quoi permettre aux femmes de s’inscrire durablement dans le marché numérique local. Selon le site Afrik, d’autres pays africains vont aussi pouvoir profiter de ce précieux outil. En l’état, il...
Dominique Nouvian Ouattara, très engagée dans la lutte contre le travail des enfants dans l’industrie du cacao, en Côte d’Ivoire, a fustigé les conclusions d’un rapport à paraître de NORC, un institut de recherche américain basé à Chicago. C’est un rapport qui, avant même d’être publié, ne passe pas. Le NORC,...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter