Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : ambitions pour un redéploiement de la filière mangue

La Guinée veut exporter sa mangue (fraîche et transformée), source de revenus encore insuffisamment exploitée.

Les parties-prenantes de la filière  se rencontrent depuis le 2 novembre à Conakry afin d’identifier les différents points d’amélioration qui permettraient à la filière d’accroître sa compétitivité. Producteurs, transformateurs, commerçants, exportateurs sont réunis sous l’impulsion de madame Fanta Cissé, la Secrétaire générale du ministère du Commerce.

Celle-ci est venue souligner l’importance de la filière, présenter plusieurs études sur les forces et faiblesses de la filière, les caractéristiques et opportunités sur les marchés porteurs pour la mangue de Guinée, que sont la sous-région, le Maroc et l’Union Européenne.

Les faits : la Guinée est l’un des grands pays producteurs de mangue de la sous-région Ouest- africaine. Les vergers de manguiers recensés présentent plus de 700 000 arbres. Les exportations selon la secrétaire générale sont insuffisantes : 100 000 tonnes / an en direction du marché européen. Le pays est moins compétitif que ses voisins le Mali, le Sénégal, et la Côte d’Ivoire.

De même, la Guinée est plus fragile que les poids lourds du secteur en ce qui concerne la mangue transformée. Pourtant le potentiel est bien réel. Des ateliers sont donc organisés afin d’identifier les éléments et actions qui feront de la mangue guinéenne un acteur plus performant et plus compétitif sur le marché local et international. Il s’agit d’évaluer, l’offre de la mangue guinéenne, et la demande sur les marchés porteurs de la sous-région et au-delà. «Nous souhaitons qu’à l’issue de l’atelier que non seulement l’étude de compétitivité soit validée mais que surtout le plan d’action de la filière soit également validé et que toutes les parties prenantes – gouvernement, secteur privé et partenaires techniques et financiers  –  puissent intégrer dans les exercices de programmation en cours », a déclaré  Frédérine Derlot, administratrice de programmes fruits et légumes frais à la division Développement des marchés compétitivité des secteurs du Centre du Commerce International (CCI).

La mangue a de l’avenir et notamment la mangue transformée, point de faiblesse majeur de la filière. «Celle-ci devrait procurer des revenus monétaires plus substantiels aux producteurs, transformateurs et exportateurs et forcément donc contribuer à améliorer durablement leurs conditions de vie », a expliqué Frédérine Derlot.

La secrétaire générale du ministère du Commerce souhaite qu’à l’issue de ces ateliers soient actée une feuille de route précisant ; mise à niveau et actions d’accompagnement.

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Dans un message vidéo diffusé sur Internet, samedi 19 septembre 2020, le président du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), Charles Blé Goudé, s’est exprimé sur la situation politique en Côte d’ivoire.  L’ex-Codétenu de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale, qui demande au président...
L'Archevêché de Conakry est monté au créneau pour dénoncer une expropriation des biens de l'Eglise par les habitants du village de Kendoumayah situé au sein de la préfecture de Coyah. Selon La Croix, les villageois ont barricadé, dimanche 20 septembre, l’entrée et la sortie de Kendoumayah pour procéder au lotissement d’un...
Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter