Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sierra Leone : la famine guette

Selon un rapport rendu public le 27 octobre par le Programme alimentaire mondiale (PAM) et l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture, ce sont 3,5 millions de Sierra Léonais ne disposent pas d’une sécurité alimentaire.

“Les résultats confirment les faiblesses de la productivité agricole, la pauvreté et un manque de résilience,”, a déclaré à Reuteurs le représentant de la FAO en Sierra Leone, Nyabenyi Tipo.

On est connaît les causes comme l’a fait remarquer Nyabenyi Tipo : la production de riz a chuté de 15% au cours des cinq dernières années, et seulement 4% des agriculteurs cultivent assez de riz pour répondre à leurs besoins pour l’année entière. 99% des agriculteurs utilisent des outils manuels, et seulement 10% ont accès à de meilleures variétés de semences, précise le rapport.

Sur les 3,5 millions de personnes fragilisées par l’insécurité alimentaire, environ 600.00 sont confrontées à de graves pénuries alimentaires et ne sont pas préparées à d’éventuelles crises telles que la hausse des prix des denrées, les inondations ou la sècheresse. Le rapport indique ainsi que le nombre de personnes “gravement” affectées par le manque de nourriture a augmenté de 60 % depuis 2010.

Et même si la Sierra Leone a été déclarée libre de la crise sanitaire Ebola qui a fait 11.300 morts et au Libéria, en Guinée et en Sierra Leone depuis 2013, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le rapport fait le constat d’une lente remise en route du pays notamment dans le domaine de l’agriculture.

Le PAM a identifié les zones géographiques affectées et les agences espèrent améliorer la production alimentaire, l’accès à la nourriture et aider les communautés à devenir plus résistantes aux crises futures.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter