Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Transformer le soleil en lumière : le Burkina-Faso se lance

Pays enclavé d’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso a le coût de kilowatt/heure le plus cher d’Afrique. Pour faire face aux problèmes d’électrification et aux défis à venir, a été inaugurée cette semaine une usine de lampes solaires.

« Au Burkina Faso, le taux d’électrification est de 18%. Dans les zones urbaines, il est de 59% contre 3% seulement en milieu rural », a indiqué le ministre en charge de l’énergie Justin Somé.

Le pays produit 60% d’énergie thermique et 8% d’hydroélectricité, le reste étant importé de la Côte d’Ivoire et du Ghana. D’où la nécessité d’envisager un projet d’envergure. C’est l’entreprise Lagazel qui a relevé le défi ambitieux où se rencontrent humanisme et écologie en lançant le 13 octobre une usine de lampes solaires. Transformer la ressource naturelle qu’est le soleil, en électricité est une idée simple, d’apparence évidente. Idée que développe l’entreprise Lagazel.

« Aujourd’hui c’est le début d’une grande aventure qui est celle de mettre à la disposition des millions d’habitants du Burkina qui n’ont que le soleil comme éclairage des lampes scolaires efficaces, abordables et durables », explique un des initiateurs du projet, Arnaud Chabanne. Deux modèles de lampes ont ainsi déjà été développés. Une première lampe offre l’éclairage suffisant pour étudier et se déplacer à pied. La seconde permet d’éclairer et de recharger un téléphone portable. Avec une garantie de deux ans, ces deux modèles de lampes (panneaux solaires compris) ont une durée de vie de dix ans contre cinq ans pour la batterie.

Et ça marche ! L’atelier produit plus de 300 produits par jour, et ambitionne d’ouvrir une dizaine d’ateliers créant ainsi 150 emplois directs et produisant plus d’un million de lampes d’ici à 2020. C’est à Dégoudou que voit le jour la première usine, où travaille une vingtaine de collaborateurs burkinabés. Ainsi ce sont plus de 6000 lampes par mois qui sortent de l’usine. Les lampes sont certifiées dans le cadre du programme « Lighting Africa » de la Banque Mondiale. Elles doivent à terme se substituer aux lampes à pétrole, véritables fléaux écologique et sanitaire.

Dans un pays où le soleil brille 365 jours par an, le marché des lampes solaires est un marché porteur. Les autorités, l’ONU via la Banque Mondiale ne s’y sont pas trompées. L’ONU a déjà passé commande de 7 500 lampes pour les réfugiés maliens installés dans le Nord du Burkina.

Convaincus par la pertinence de la démarche, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’ivoire, le Niger, le Sénégal ou le Mali sont des pays partenaires où Lagazel envisage d’ouvrir de nouvelles usines.

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis la découverte du premier cas de Coronavirus 2019 (COVID-19) le 11 mars 2020, le président Alassane Ouattara s’est adressé solennellement et pour la première fois à ses concitoyens, lundi 23 mars 2020 à la Radio-télévision ivoirienne (RTI). À cette date, la Côte d’Ivoire avait enregistré officiellement 25 cas de...
Le 5 mars dernier, à Yamoussoukro, le président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara a annoncé, devant les parlementaires réunis en Congrès, qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle de 2020. Ce tournant historique dans l’histoire de la Côte d’Ivoire a été motivé par une volonté de « transférer le...
Après le premier cas de Coronavirus 2019 (COVID-19) survenu le 11 mars 2020, le pays a enregistré trois autres cas le 14 mars 2020 et 2 nouveaux cas positifs le 16 mars 2020, portant le nombre total à six cas confirmés. Appuyée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter