Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Transformer le soleil en lumière : le Burkina-Faso se lance

Pays enclavé d’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso a le coût de kilowatt/heure le plus cher d’Afrique. Pour faire face aux problèmes d’électrification et aux défis à venir, a été inaugurée cette semaine une usine de lampes solaires.

« Au Burkina Faso, le taux d’électrification est de 18%. Dans les zones urbaines, il est de 59% contre 3% seulement en milieu rural », a indiqué le ministre en charge de l’énergie Justin Somé.

Le pays produit 60% d’énergie thermique et 8% d’hydroélectricité, le reste étant importé de la Côte d’Ivoire et du Ghana. D’où la nécessité d’envisager un projet d’envergure. C’est l’entreprise Lagazel qui a relevé le défi ambitieux où se rencontrent humanisme et écologie en lançant le 13 octobre une usine de lampes solaires. Transformer la ressource naturelle qu’est le soleil, en électricité est une idée simple, d’apparence évidente. Idée que développe l’entreprise Lagazel.

« Aujourd’hui c’est le début d’une grande aventure qui est celle de mettre à la disposition des millions d’habitants du Burkina qui n’ont que le soleil comme éclairage des lampes scolaires efficaces, abordables et durables », explique un des initiateurs du projet, Arnaud Chabanne. Deux modèles de lampes ont ainsi déjà été développés. Une première lampe offre l’éclairage suffisant pour étudier et se déplacer à pied. La seconde permet d’éclairer et de recharger un téléphone portable. Avec une garantie de deux ans, ces deux modèles de lampes (panneaux solaires compris) ont une durée de vie de dix ans contre cinq ans pour la batterie.

Et ça marche ! L’atelier produit plus de 300 produits par jour, et ambitionne d’ouvrir une dizaine d’ateliers créant ainsi 150 emplois directs et produisant plus d’un million de lampes d’ici à 2020. C’est à Dégoudou que voit le jour la première usine, où travaille une vingtaine de collaborateurs burkinabés. Ainsi ce sont plus de 6000 lampes par mois qui sortent de l’usine. Les lampes sont certifiées dans le cadre du programme « Lighting Africa » de la Banque Mondiale. Elles doivent à terme se substituer aux lampes à pétrole, véritables fléaux écologique et sanitaire.

Dans un pays où le soleil brille 365 jours par an, le marché des lampes solaires est un marché porteur. Les autorités, l’ONU via la Banque Mondiale ne s’y sont pas trompées. L’ONU a déjà passé commande de 7 500 lampes pour les réfugiés maliens installés dans le Nord du Burkina.

Convaincus par la pertinence de la démarche, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’ivoire, le Niger, le Sénégal ou le Mali sont des pays partenaires où Lagazel envisage d’ouvrir de nouvelles usines.

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Côte d’Ivoire et le Ghana se sont entendus pour assurer un revenu minimum à leurs producteurs de cacao. Une politique volontariste de la part du premier producteur mondial qui s’exprime également à travers un nouveau plan de lutte contre le travail des enfants. Deux évènements qui prouvent que, s’il...
1600 tonnes, ce chiffre représente la surface hallucinante de déchets que comporte la capitale malienne. Mais aussi l'incapacité des pouvoirs publics à assurer la propreté et l'assainissement urbains. La situation est d'autant plus critique, que la période des pluies renforce les mauvaises odeurs et empêche l'eau de circuler normalement. Ce...
Le Ghana a signé avec la Banque mondiale un contrat d'achat de réductions d'émissions de gaz. Le contrat doit permettre au pays de bénéficier d'un financement pouvant aller jusqu'à 50 millions de dollars.  L'accord, signé entre le Ghana et le Fonds de partenariat sur le carbone forestier, une entité administrée...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter