Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Liberia : l’Etat souhaite se doter d’un marché boursier
Ellen Johnson Sirleaf Liberia Bilan

La présidente, Ellen Johnson Sirleaf, souhaite que le Liberia entre dans l’ère boursière alors que le pays reste très dépendant de l’exportation de ses matières premières, dont les cours sont malades. Deux propositions ont ainsi été soumises au Sénat en ce sens.

Ces projets de loi visent l’instauration du marché des valeurs mobilières du Liberia (The Securities Market Act of Liberia), et la mise en place d’un cadre légal portant sur les valeurs mobilières nationales (The Central Securities Act of Liberia). Il s’agit d’un cheminement juridique indispensable pour qu’un tel projet voit le jour.

Le gouvernement tente ainsi de relancer une croissance en berne (0,4% en 2015) qui souffre d’une part, de l’épidémie Ebola (dont les conséquences ont été drastiques pour l’Etat avec un coût équivalent à 12% du PIB en 2015, selon les estimations de la Banque mondiale) et d’autre part, de la chute des cours internationaux du minerai de fer et du caoutchouc, représentant les ressources les plus importantes du pays (75% des exportations).

Le dossier sécuritaire est également un frein à l’expansion économique du territoire suite au retrait de la force de maintien de la paix des Nations Unies « qui a contraint l’État à assumer l’entière responsabilité de la sécurité, y compris sur le plan financier », relève l’Agence Ecofin.

Un cru 2016 plutôt réjouissant

Ce dossier s’inscrit dès lors comme l’un des fers-de-lance du programme de l’exécutif, comme le souligne l’intéressée : « Cela conduira au  développement du secteur privé et à la promotion de l’esprit d’entrepreneuriat au Liberia, tout en favorisant l’émergence d’une classe moyenne pouvant constituer un socle pour une croissance durable », argumente-t-elle.

Avant de poursuivre, pragmatique : « La mise en place du marché des valeurs mobilières favorisera la consolidation des échanges commerciaux entre le Liberia et d’autres pays et contribuera à attirer davantage d’investissements directs étrangers, ce qui créera de nouvelles opportunités d’emplois et entraînera une amélioration du niveau de vie dans notre pays. »

L’année 2016, qui annonçait déjà des perspectives de croissance enthousiasmantes (+2,6%) avec l’amorcement de la production locale d’or et le développement de multiples projets d’infrastructure, devrait donc quelque peu rassurer les investisseurs.

Sources : Agence Ecofin et AFKinsider

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...