Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : Alpha Condé et l’opposition de Celou Dalein Diallo veulent assainir le dialogue politique

Alors que 700 000 manifestants avaient répondu mardi 16 août à l’appel de l’opposition qui exigeait que le régime d’Alpha Condé place la Guinée sur une voie plus démocratique, une reprise du dialogue politique a été instaurée ce jeudi entre le parti présidentiel (RPG) et l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) menée par Celou Dalein Diallo.

Au cours de la mobilisation dans les rues de Conakry, le discours de ce dernier avait totalement galvanisé la foule contestataire qui demandait la démission du chef de l’exécutif :

“Certains de vous, ici présents, ont des griefs contre ce gouvernement d’Alpha Condé. Grâce à ses incohérences, ses maladresses, ses incompétences, la seule usine d’alumine qui existait en Guinée a fermé ses portes. Rio Tinto, qui avait promis 100 000 emplois, a plié bagages”, clamait-il.

Avant de poursuivre, véhément : “Nous souffrons également parce que le prix des denrées de première nécessité a fortement augmenté au point qu’aujourd’hui, rares sont les ménages qui assurent deux repas par jour.”

Le mouvement accouchait alors de nombreux heurts, puisqu’un jeune homme de 21 ans avait perdu la vie sous les coups d’un membre des forces de l’ordre, tandis que douze autres personnes furent blessées.

Il était donc urgent pour les deux parties de trouver une issue plus démocratique afin de clore ce chapitre de violences. La mouvance présidentielle et l’opposition se sont donc retrouvées hier dans la capitale dans le but d’instaurer un nouveau dialogue politique, étalé sur plusieurs jours.

Un optimisme mesuré

Plusieurs axes feront ainsi l’objet d’une concertation, à l’image des modalités d’organisation des prochaines élections locales et communales, de la situation des civils arrêtés lors des manifestations, de l’instauration d’une Haute Cour de Justice, ou encore de la mise en place d’un organe de suivi des futurs accords.

Le porte-parole du RPG, El Hadj Damaro Camara, s’est d’ailleurs montré particulièrement optimiste à la fin de cette première journée, qui rappelons-le, marque la cinquième session de ce genre depuis l’accession au pouvoir d’Alpha Condé.

“Cette fois-ci, je crois que le président de la République et le chef de file de l’opposition, qui se sont rencontrés et continuent de se parler, amorcent un dialogue dans une atmosphère apaisée qui nous donne beaucoup plus d’espoir.”

Quant à son homologue du HFDG, Aboubacar Sylla, il restait plus mesuré :

“La seule garantie que nous avons, c’est l’engagement du président de la République qui a dit publiquement qu’il veillerait désormais à ce que les dialogues passés et à venir soient effectivement respectés et appliqués. C’est à cette condition que nous avons accepté. Sinon on risquait d’aller vers un dialogue de plus qui allait accoucher d’un accord de plus. »

Source : RFI

Un texte sera présenté sous peu au Parlement afin d’abolir la peine de mort. La peine capitale était à ce jour, maintenue dans l’arsenal juridique malgré un moratoire de fait sur les exécutions, a déclaré Umaru Napoleon Koroma le vice-ministre de la justice. En Sierra Leone, la Constitution de 1991...
Alors que le continent Africain se comporte mieux que l’Europe, l’Asie, et l’Amérique avec moins de 5 millions de cas déclarés, les campagnes de vaccination sont délaissées par les populations qui montre un certain scepticisme. L’Afrique s’apprête à rendre ses doses de vaccins alors même que la pénurie en la matière...
Alassane Ouattara a fait savoir au FMI le 10 mai, qu’une plus grande représentativité des pays africains au sein de l’institution est souhaitable. Lundi 10 mai, le chef de l’État ivoirien a appelé de ses vœux que les pays africains soient mieux représentés au FMI, rappelant que « quarante-six pays d’Afrique...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...