Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire/Enseignement : le gouvernement condamne le boycott syndical des cours du mercredi

La ministre de l’Éducation nationale ivoirienne, Kandia Camara, a commenté avec virulence la polémique entourant l’arrêté ministériel qui a acté la reprise des cours le mercredi matin au primaire, et cela dès la rentrée 2016.

« Cette protestation n’a rien de pédagogique (…) Les enseignants qui s’agitent en réaction à la réforme instituant les cours le mercredi matin au primaire à compter de l’année scolaire 2016-2017, le font dans leur propre intérêt. »

K.Camara déplore en effet le mouvement de boycott lancé par certains syndicats en désaccord avec cette mesure, alors qu’une concertation a bien eu lieu en amont sur ce dossier avec les organismes concernés :

« Nous le disons haut et fort, avant de mener une réforme, nous en parlons avec les enseignants à travers les syndicats dont 40 au moins ont été informés sur les 76 que compte le ministère de l’Éducation nationale », a-t-elle annoncé avec pragmatisme.

Avant de poursuivre, véhémente : « Le problème est que divers enseignants préfèrent leurs emplois du temps d’avant et la perspective pour certains de dispenser des cours de rattrapage rémunérés. »

Limiter les inégalités entre les enfants

Pour rappel, le primaire passera de quatre à cinq jours effectifs de cours obligatoires par semaine, augmentant parallèlement le temps de travail des instituteurs, dont le quota annuel d’heures s’établira désormais à 165 (contre 132 auparavant).

Cette initiative des autorités est destinée à renforcer la formation des enfants afin de les préparer au mieux aux échéances futures qui les attendent, souligne la ministre :

« Il faut savoir que dans la très grande majorité des pays, le programme scolaire s’étend sur cinq jours. Nous avons voulu revenir à ce régime pour leur donner un temps plus long d’apprentissage. »

Quoi qu’il en soit, la réforme trouve un écho certain auprès de l’Organisation des parents d’élèves et d’étudiants de Côte d’Ivoire qui ne souhaite plus « assister à une scolarité à deux vitesses entre bons élèves et élèves en difficulté contraints de suivre des cours de rattrapage souvent payants. »

« Sur le plan social, ce déséquilibre sera dès lors comblé », plaide même son président, Claude Kadio Aka.

Sources : Connection Ivoirienne et RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’ancien chef de l’État ivoirien, Laurent Gbagbo, qui a crée un nouveau parti d’opposition a affirmé vouloir faire de la politique jusqu’à sa mort, le tout en assurant préparer son départ. Laurent Gbagbo, figure d’opposition ivoirienne a présenté le 19 octobre 2021, son nouveau mouvement politique de gauche et aux...
Les « bandits » continuent de sévir dans le nord-ouest et le centre du Nigéria.  Vol de bétail, pillages et kidnappings font rage dans la région.  Une fois encore, le nord-ouest du Nigéria doit faire face à des exactions de « bandits ». Le 17 octobre, des groupes armés ont attaqué un marché dans...
José Maria Neves, candidat de gauche, a remporté la présidentielle dès le premier tour avec 51,5 % des voix. Dimanche 17 octobre 2021, le Parti (de gauche) africain pour l’indépendance du Cap-Vert (PAICV) l’a emporté dès le premier tour de présidentielle. Un véritable exemple démocratique pour l’Afrique de l’Ouest. Des résultats...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...