Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Un militant anti-esclavagiste mauritanien entame une tournée africaine

Récemment sorti de prison, le militant mauritanien Biram Ould Abeid entreprend une tournée d’Afrique afin de sensibiliser opinions et pouvoirs publics sur les « crimes esclavagistes » qui subsistent dans son pays.

Il dénonce un « esclavage domestique » et s’insurge contre le « racisme d’Etat » mauritanien. Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l’ONG Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), vient d’entreprendre une tournée des pays africains. Il a déjà visité le Sénégal et le Mali, et s’apprête à se rendre en Afrique du Sud et au Burkina Faso, afin de sensibiliser les sociétés civiles africaines à ce qu’il qualifie de « crimes esclavagistes » commis en Mauritanie.

Selon Biram Ould Abeid, « 20% de la population mauritanienne sont toujours des esclaves par ascendance et sont attachés à la famille de leurs maîtres, astreints à travailler sans repos, sans soins, privés d’école, de mariage et de propriété ». Le président de l’ONG, non reconnue par l’Etat mauritanien, dénonce « un apartheid non écrit, implanté en Afrique de l’Ouest contre les Noirs par une minorité en Mauritanie ».

Mais le but de cette tournée africaine est également politique : Biram Ould Abeid souhaite obtenir la condamnation de la Mauritanie, à la faveur de la prochaine session de la Commission africaine des droits de l’homme et du peuple, qui se tiendra en octobre en Gambie. « La société civile africaine va faire pression sur les gouvernements du continent afin qu’ils puissent s’acquitter de leurs devoirs vis-à-vis des populations noires de Mauritanie, comme ils se sont acquittés de leur devoir envers les populations noires en Afrique du Sud du temps de l’apartheid », espère-t-il.

Après une manifestation organisée le 29 juin par IRA et les habitants d’un bidonville de la capitale mauritanienne, treize militants anti-esclavagistes avaient été condamnés, le 18 août, à des peines allant de trois à quinze ans de prison ferme. Leurs avocats avaient vertement dénoncé ce verdict : « ces militants sont des prisonniers d’opinion accusés à tort et incarcérés en vue d’entraver leur travail légitime ». Biram Ould Abeid avait lui-même été condamné, en janvier 2015, à deux ans de prison pour appartenance à une organisation non reconnue et violences contre les forces de l’ordre. Il avait été libéré après dix-huit mois d’enfermement.

Si l’esclavage a été officiellement aboli par la Mauritanie en 1981 et qu’une nouvelle loi, adoptée en août 2015, l’assimile à un crime contre l’humanité, cette pratique perdure pourtant dans le pays. Les condamnations restent rares contre les fautifs, au contraire de celles qui pleuvent sur les militants.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abou Musab Al-Barnaoui, le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab Al-Barnaoui, est mort ; selon l’annonce de l’armée nigériane. Abou Musab Al-Barnaoui le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, était à la tête de la Province ouest-africaine de l’EI, groupe djihadiste né en 2016...
En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga.  Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit...
Emmanuel Macron veut un véritable changement dans les rapports entre la France et les pays africains qu’elle a colonisés. Mais le paternalisme français perdure et en dépit de sa bonne volonté affichée, la « rupture du cordon ombilical », de plus en plus réclamée sur le continent africain, tarde à se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...