Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La ligne ferroviaire Abidjan-Ouagadougou paralysée durant au moins deux semaines

Alors qu’un train de marchandises reliant la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso s’est écroulé mardi 6 septembre sur le pont du fleuve Nzi à Dimbokro (250 km d’Abidjan), la Sitarail, qui exploite la ligne, a annoncé que le trafic entre les deux pays serait interrompu pendant 15 jours.

« Le pont s’est plié au passage du train. Les deux locomotives et les wagons ne sont pas tombés dans l’eau mais la ligne est coupée. »

Si cet accident n’a finalement pas été meurtrier, ce dernier n’en demeure pas moins spectaculaire, à l’image des dégâts, exponentiels. L’édifice centenaire (construit en 1910) s’est en effet partiellement affaissé sous le poids des wagons et nécessiterait cinq années de travaux ainsi qu’un budget de 262 milliards de francs Cfa pour retrouver ses lettres de noblesses.

Ce délai reste bien sûr utopique, tant la liaison entre les deux capitales s’affirme quotidiennement comme un axe vital. Quant au timing, il tombe vraiment mal en raison de sa proximité calendaire avec la fête de la Tabaski qui aura lieu le 12 septembre en Côte d’Ivoire et au Burkina.

Adama Sawadogo, qui se préparait à transférer son bétail à Abidjan, ne mâchait d’ailleurs pas ses mots auprès de RFI : « On ne peut pas dire qu’on va s’en sortir parce qu’on comptait sur ça pour rentrer en Côte d’Ivoire et puis faire notre travail. S’il y avait le train, je pouvais partir avec cent bêtes et puis en laisser soixante ici. »

Comme bon nombre d’éleveurs dans le même cas, Adama devrait donc privilégier la voie routière, comme l’explique le Secrétaire général du syndicat des commerçants burkinabè, Roch Donatien Nagalo : « Pour le moment, on pourra certainement utiliser les camions, mais c’est plus risqué que le train. Donc ce côté-là, je crois qu’ils vont l’utiliser en attendant que les rails soient réparés. »

Ces déclarations dénotent toutefois avec la communication de la Sitarail qui se veut apaisante et confiante dans l’issue de ce dossier : « Des moyens importants sont mis en œuvre pour la reconstitution de la plateforme ferroviaire, le rétablissement de la voie ferrée et la reprise des circulations ferroviaires, d’ici une quinzaine de jours. »

Mais également pragmatique, loin des préoccupations des commerçants concernés : « On est en voie unique et avec cet accident on ne peut pas mener d’activités ferroviaires. C’est l’arrêt total entre Abidjan et Ouagadougou pour le temps des travaux. »

Sources : Côte d’Ivoire News, Le Figaro, RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...