Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : une croissance record pour 2016 !

Selon le dernier rapport semestriel publié par la Banque mondiale, le gouvernement d’Alassane Ouattara peut se prévaloir d’une croissance ivoirienne exceptionnelle, actée à 8,5% pour l’année 2016. Il s’agit ni plus ni moins que de la meilleure progression africaine sur cette période devant la Tanzanie (7,2%).

Après avoir affiché une croissance de 9,3% sur la période 2012-2015, la Côte d’Ivoire restera vraisemblablement sur les mêmes standards en 2016, si l’on se réfère à la très sérieuse étude de l’Institution, intitulée « Perspectives économiques mondiale.”

Mais ce n’est pas tout, puisqu’il s’agit de la cinquième année consécutive de forte croissance pour ce géant d’Afrique de l’Ouest. Une embellie venant valider par la même occasion la politique menée par A.Ouattara depuis son investiture officielle en tant que président, le 21 mai 2011. Et pour cause, cette nation a bondi de 25 places dans le classement “Doing Business” de la Banque mondiale en seulement quatre années.

Un réseau à l’international très étoffé 

La Côte d’Ivoire met en effet les bouchées doubles pour se rendre attractive aux yeux des investisseurs internationaux désireux de s’y implanter;  à l’image du nouveau Code des investissements lancé en 2012, de la mise en place d’un guichet unique de création d’entreprises, ou encore de la naissance d’une plateforme d’échanges destinée à centraliser l’ensemble des partenariats à même de favoriser l’environnement des affaires.

Cette initiative a par exemple porté ses fruits en juillet dernier, puisque le gouvernement local a finalisé un vaste plan de réhabilitation de la célèbre Baie de Cocody (Abidjan), après avoir séduit les autorités marocaines, mais également des structures issues du Golfe. Nul doute que cette accord deviendra un vecteur d’emploi incontournable à court terme, sachant que l’Etat met en œuvre une politique fiscale attrayante, à hauteur de 16,7% du PIB.

Il est également important de rappeler que les autorités n’hésitent pas à s’appuyer sur la stabilité du franc CFA, lorsque les devises étrangères comme le dollar s’envolent et mettent en danger la viabilité d’emprunts bancaires à l’international.

Enfin, l’Éducation s’apparente également comme un des fer de lance de la politique d’Alassane Ouattara qui mise beaucoup sur la formation pour doper la croissance ivoirienne. Ce secteur représente ainsi 22% du budget national.

Sources : Les Echos – Contrepoints

 

AUTEUR: Paul Lauga
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter