Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gabon : Ali Bongo réélu sur fond de contestation

Le président sortant, Ali Bongo, a été réélu mercredi 31 août à la tête du Gabon pour un nouveau septennat en récoltant 49,8% des voix. Son opposant et ancien beau-frère, Jean Ping dénonce de son côté « une fraude massive. »

Après moult rebondissements, le fils d’Omar Bongo, qui a dirigé le pays durant 42 ans, a finalement été officiellement conforté dans ses fonctions par le ministre de l’Intérieur.

Si la commission électorale (Cénap) a conclu à une victoire d’Ali Bongo ave 5 594 voix de plus que son principal rival (48,23%), l’équipe de Jean Ping conteste ce décompte après avoir eu accès aux procès-verbaux récoltés dans les bureaux de votes locaux.

Cette dernière évoque dès lors une victoire implacable de son champion à hauteur de 58% des suffrages contre 38 pour A.Bongo.

Il n’en fallait pas plus pour que la polémique enfle après les propos tenus par le porte-parole de J.Ping, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, suite à la confirmation des résultats :

« La Cénap est inféodée au pouvoir car trois de ses membres ont été achetés par les autorités. Nous n’avons donc pas confiance dans ce processus électoral », fustige-t-il.

Avant de conclure que « les Gabonais n’accepteront jamais ces chiffres », en s’appuyant sur le PV de la province Haut-Ogooué, qui atteste de 95,46% des voix en faveur d’A.Bongo qui, rappelons-le, appartient à l’ethnie locale Téké.

Malheureusement, les résultats avancés par les deux camps ne pourront jamais être vérifiés de façon transparente, puisque la mission de l’Union européenne (60 observateurs), chargée de veiller au bon déroulement du scrutin, n’a pas pu assister à la séance finale des travaux de la Commission électorale, indique Libération.

Si un dernier recours demeure encore possible devant la Cour constitutionnelle, sa finalité semble jouée d’avance, regrette Eric Moutet, l’avocat de J.Ping. Celui-ci s’appuie en effet sur la demande déposée récemment par l’opposition qui contestait la candidature d’A.Bongo, arguant qu’il n’était pas né Gabonais :

« La gestion de l’affaire de l’état civil d’Ali a été surréaliste. Le recours a été balayé. Je crains donc la manière dont sera traité le contentieux électoral » regrette-t-il, alors que la plus haute juridiction du pays dispose de quinze jours pour rendre sa décision.

E.Moutet a par ailleurs affirmé que les pressions internationales seraient le seul et unique moyen susceptible de faire pencher la balance auprès de la Cénap.

Source : Libération

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Samedi 21 mai 2022, une attaque djihadiste à priori perpétrée par l’Organisation État islamique de l’Afrique de l’Ouest (EIAO), a fait au moins 30 morts dans le village de Mudu, dans l’État de Borno, près de la frontière avec le Tchad, dans la région Nord-Est du Nigeria. Il s’agirait d’une...
Les corps sans vie des huit mineurs bloqués à 700 mètres sous terre depuis le 16 avril dernier, dans la mine de Perkoa au Burkina Faso, ont finalement été retrouvés. A Perkoa, le temps semblait s’être figé depuis le 16 avril 2022. Quarante jours. Quarante jours de recherches effrénées pour...
Alpha Condé qui est âgé de 84 ans est autorisé à quitter le pays et ce en dépit des poursuites engagées contre lui.   Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) a pris la décision d’autoriser Alpha Condé, l'ancien président renversé en 2021, à se rendre à l'étranger pour...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...